Scénariste et producteur, l'Américain Steven Bochco est une star du petit écran, créateur de séries à succès comme NYPD Blue. Couronné par dix Emmy Awards, il fait à 59 ans ses débuts de romancier avec un polar sur les coulisses de la fabrique de rêves. Bobby, le héros de Mort à Hollywood, est un scénariste en panne d'inspiration qui aime espionner ses voisins à l'aide d'un puissant télescope. Il est ainsi témoin d'une torride scène de sexe qui vire au meurtre de l'amant, un prétentieux latino, par sa partenaire d'un soir, une belle starlette mariée à un vieux et riche producteur.

Au lieu d'appeler bêtement la police, Bobby a une idée géniale. Il décide d'écrire le scénario idéal, un polar en temps réel dont il serait seul à tirer les ficelles. Se liant d'amitié avec le détective chargé de l'enquête, il se fait un malin plaisir à l'envoyer sur de fausses pistes. Mais à manipulateur, manipulateur et demi… Humour, érotisme, sens du rythme et dialogues courts sont les ingrédients, certes prévisibles, de ce roman de scénariste qui se lit comme un film. Mais le passage à l'écrit donne aux personnages une intériorité, une complexité qu'ils n'auraient pas à l'écran. Manipulateurs humanisés, ils n'agissent pas toujours au mieux de leurs intérêts, se montrent d'autant plus attachants que leurs jeux et leurs ruses finissent par se retourner contre eux.

***

En Allemagne, Doris Gercke a été mère au foyer avant de commencer des études de droit à 45 ans et de se mettre à écrire des polars: une douzaine de romans qui ont connu un grand succès et lui ont valu en 2000 le Prix Glauser d'honneur pour l'ensemble de son œuvre. Distinction méritée à en juger par son premier Krimi traduit en français, Aubergiste, tu seras pendu, régal d'écriture vive et inventive. Personnage fétiche de l'auteur, l'inspectrice Bella Block est envoyée en mission au village de Roosbach pour enquêter sur des suicides suspects. Bien sûr, les témoins n'ont rien vu, et ce petit monde rural se referme sur lui-même, avec ses mentalités d'un autre âge, ses femmes popotes cantonnées aux travaux de la ferme. Doris Gercke excelle à évoquer l'atmosphère lourde, asphyxiante, de la campagne profonde, dans ce roman très court à l'intrigue agencée comme une comptine. Sorte de Maigret en jupe à la lucidité caustique, Bella Block ne fume pas la pipe, mais ne crache ni sur le schnaps ni sur la vodka orange. Un Sherlock Holmes féminin et féministe qu'on aura sans aucun doute plaisir à voir évoluer dans d'autres enquêtes, si les dieux de l'édition française le veulent bien.

Steven Bochco. Mort à Hollywood. Trad. de Pierre Ménard. Flammarion, 282 p.

Doris Gercke. Aubergiste, tu seras pendu. Trad. de Marie Reygnier. Rivages Noir, 144 p.