Arni Thorarinsson. Le Dresseur d'insectes. Daudi trudsins Trad. d'Eric Boury. Métailié, 352 p.

Bourgade ennuyeuse du nord de l'Islande, Akureyri attend dans la fièvre la grande fête des commerçants, week-end de beuveries, décibels et dépucelages. En quête d'un sujet original, le journaliste Einar découvre par hasard à l'aéroport un jet privé appartenant à une compagnie de cinéma américaine. Scoop! Avec des «stars de la télé», Hollywood va tourner un film d'amour dans une vieille maison abandonnée, que l'on dit hantée. Einar y découvrira le cadavre d'une jeune fille étranglée. Dans la paume de la morte un papier griffonné: «Attention à toi, mon chou»... Deuxième roman traduit d'Arni Thorarinsson, Le Dresseur d'insectes excelle dans le réalisme social à la scandinave. Moins lugubre que son compatriote Indridason, l'auteur s'amuse à camper une intrigue rock and blues qui met à rude épreuve son ironique héros: ancien alcoolique, Einar se fera interner dans un centre de désintoxication pour mener son enquête. Passée à marche forcée du Moyen Age à la modernité, l'Islande de Thorarinsson est devenue plus complexe, plus inégalitaire, donc aussi plus violente. Le Dresseur d'insectes le montre avec une belle fluidité d'écriture et un ton malicieusement décalé.

***

Chantal Pelletier. Montmartre, Mont des Martyrs. Gallimard, Série Noire, 256 p.

C'est aussi la fête à Paris le 10 mai 1981, soir de l'élection de François Mitterrand. Fête mortelle pour toute une famille, qu'une bande de tueurs vient massacrer dans son appartement. Trois ans plus tard, le cadavre nu d'un prêtre est découvert à Montmartre, alors que se multiplient en France les manifestations de soutien à l'école privée. Flic débutant, le jeune et timide Maurice Laice explore le petit monde des travestis et des artistes de la Butte, entre deux incursions chez les cathos traditionalistes. Fine styliste et joyeusement gouailleuse, Chantal Pelletier donne dans Montmartre, Mont des Martyrs une vision décapante de la France de 1984, qui découvre le sida et retrouve les guerres de religion, sur fond de désenchantement politique.