DJ et chanteuse londonienne d'origine indienne, Anjali a fait le (bon) choix de ne pas surfer sur la vague Asian underground qui agite depuis quelques années la capitale anglaise. Et plutôt que de marier l'électronique britannique aux sitars de la musique indienne traditionnelle, la jeune femme explore sur ce premier album une Asie fantasmée. Celle, orchestrale et capiteuse, des musiques de films des années 60 ou de l'easy-listening à vocation exotique, réinjectant ces influences dans un trip-hop luxuriant et sensuel à souhait.