A l'heure où les Anglais de Boo Radleys ne donnent plus signe de vie, la relève pourrait bien venir des méconnus Apples In Stereo. Quatrième album du quintet de Denver, The Discovery… s'empare de toutes les ficelles de la pop sixties pour en composer une tapisserie chatoyante et hypnotique. Efficace en diable, le tapis sonore déployé par Robert Schneider (ex-Olivia Tremor Control) et sa joyeuse bande marie le psychédélisme bon enfant des Byrds au lyrisme solaire des Beach Boys, riffs de guitares et harmonies vocales à l'appui. Irrésistible.