Il fait tourner à plein régime l'UBS Verbier Festival Youth Orchestra. Cette année, James Levine met les bouchées doubles en dirigeant Elektra de Strauss pour le concert d'ouverture. Autant dire un défi, même si le chef américain fréquente l'opéra depuis des lustres. Il domine un vaste empire, à commencer par le Metropolitan Opera de New York, où il a escaladé tous les échelons jusqu'à en devenir le directeur artistique, premier dans l'histoire de la maison. Levine représente la grande tradition américaine: il cultive un son ample, brillant, parfois hypertrophié, en contraste avec sa gestique économe. A Verbier, on a appris à le découvrir dans un répertoire inattendu (Milhaud, Stravinski), incisif, sans la moindre matière grasse. Ou encore dans le cycle des Symphonies de Mahler, qu'il décortique année après année. Levine est aussi pianiste, mais il ne faut pas s'attendre à des miracles: en duo avec Kissin, il a paru terne. La baguette reste son domaine de pointe.