Expositions

Presque tout Picasso à Genève, sans cérémonies

Parallèlement au Musée d’art et d’histoire, deux accrochages ont lieu dans des galeries. Peintures et céramiques chez Gagosian, estampes chez Patrick Cramer

Presque tout Picasso à Genève en trois expositions. Au Musée d’art et d’histoire avec Picasso à l’œuvre, dans l’œil de David Douglas Duncan, un face-à-face entre des photographies et les œuvres qu’on y rencontre (LT du 30.10.2012). A la Galerie Gagosian, le géant du marché international aussi installé à Genève, une vingtaine d’œuvres rares et des céramiques étonnantes. A la Galerie Patrick Cramer, des linogravures et quelques-unes des estampes de la série des 347 que Picasso réalisa à l’âge de 86 ans.

L’exposition de la Galerie Gagosian est l’occasion de voir l’un des portraits les plus touchants de Picasso, Marie-Thérèse à la guirlande, peint en 1937, alors qu’il vit déjà une nouvelle aventure avec Dora Maar. Cette histoire a commencé dix ans plus tôt à Paris. «Je ne savais rien de la vie, ni de Picasso, dira Marie-Thérèse au magazine Life. J’avais été faire des courses aux Galeries Lafayette et Picasso m’a vue sortir du métro. Il m’a simplement prise par le bras et m’a dit: Je suis Picasso! Vous et moi allons faire de grandes choses ensemble.» Entre cette rencontre et le tableau présenté chez Gagosian, Marie-Thérèse habitera l’œuvre de Picasso, des tableaux et des gravures célèbres comme Le Rêve (1932) et la Minotauromachie (1935) mais aussi d’innombrables dessins et des sculptures où la jeune femme apparaît douce, souvent endormie, représentée avec tendresse.

Un autre tableau mérite le déplacement chez Gagosian car c’est un document; il s’agit de la première peinture à l’huile connue de Pablo Picasso. Le Petit Picador date de 1889. Il est peint sur un panneau de bois dont les bords biseautés font penser à un couvercle de boîte à glissière. La composition est simple. C’est la peinture d’un garçon de 8 ans. Le panneau porte d’ailleurs en haut à gauche l’inscription 8, qui a été ajoutée à une date indéterminée. Cependant, Picasso réussit une composition qui n’a rien d’enfantin. Les sabots du cheval n’ont pas l’air de flotter en l’air. Les spectateurs de la corrida sont rendus avec un remarquable effet de profondeur. Mais le sujet est sage et conventionnel.

Ce n’est pas le cas des gravures qu’expose la Galerie Patrick Cramer. Entre-temps, près de 80 ans se sont écoulés. Pablo est devenu Picasso. C’est l’artiste le plus célèbre de son temps, peut-être d’un temps révolu. Etre un maître ancien ne plaît pas vraiment au vieil homme. Il a toujours voulu être dans le coup, de préférence devant les autres. A la fin de 1965, il a été opéré d’un ulcère à l’estomac. Les années suivantes sont moins productives. Est-il fatigué, dépassé? Autour de lui, de jeunes artistes montent à l’assaut du monde de l’art. Ils inventent, cassent les idoles, pratiquent de nouveaux modes d’expression. Arrive l’année 1968, son tourbillon, sa révolution des mœurs.

Pendant ces événements, entre le 16 mars et le 5 octobre, Picasso crée 347 estampes dont les imprimeurs, les frères Crommelynck qui s’étaient installés pas loin, ont dit qu’il leur fallait travailler nuit et jour pour suivre le rythme hallucinant du graveur. C’est un joyeux pandémonium où passent Degas et Rembrandt, des mousquetaires, des femmes légères ou sérieuses, un incroyable théâtre qui provoquera la stupéfaction lorsque les 347 seront présentées en décembre à la Galerie Louise Leiris de Paris. Non, Picasso n’est pas mort. Il ne le sera que 5 ans plus tard, en 1973.

Les trois expositions genevoises permettent une traversée de l’œuvre de Picasso et font de lui un portrait sans trop de cérémonies, celui d’un artiste génial, c’est sûr, mais tendre, drôle et souvent assez sarcastique.

Pablo Picasso. Gagosian Gallery, place Longemalle 19, Genève. Rens. 022 319 36 19. Ma-ve 11-19h, sa 12-17h. Jusqu’au 23 février. www.gagosian.com

Pablo Picasso, gravures, lithographies, livres illustrés. Galerie Patrick Cramer, rue du Vieux-Billard 2, Genève. Rens. 033 732 54 32. Lu 14-18h30, Ma-ve 10-18h30, sa 10-17h. Jusqu’au 19 décembre. www.cramer.ch

A 87 ans, être un maître ancien ne plaît pas vraiment au vieil homme

Publicité