rock industriel

Pretty Hate Machine, par Nine Inch Nails

En 1989, Trent Reznor faisait déjà figure d’exception dans l’univers du rock électronique US (Ministry, KMFDM, Skinny Puppy, Revolting Cocks, etc.): plus délicat que ses comparses, l’homme qui résume Nine Inch Nails (NIN) baladait son spleen profond et ses hésitations sexuelles sur des complaintes pop synthétiques qui tournaient subitement en accès de colère froide. On n’évitait pas par moments certains relents d’ambiance «cuir & latex», mais la puissance poétique et les dons mélodiques de cet alors jeune homme (24 ans à l’époque) transmuaient les éventuels remugles en poésie stratosphérique. Dès 1992 et Broken, NIN allait prendre un tour plus dur, plus rock, pour accoucher en 1994 d’une des pierres d’angle de la musique alternative des 90’s, le magnifique The Downward Spiral.

Publicité