Du point de vue du crocodile, l’humain n’est qu’une proie juteuse. De la viande. Une simple denrée de passage. Val Plumwood en sait quelque chose, elle qui a miraculeusement survécu en 1985 à une attaque de ce prédateur impitoyable dans le nord de l’Australie. Expérience sidérante, mais qui exerça sur la philosophe et activiste déjà reconnue à l’époque (elle est morte en 2008, à 68 ans) la puissance d’une révélation: «En l’absence d’une vision d’ensemble de l’expérience de la prédation, nous en sommes venus à percevoir celle-ci comme une pratique que nous infligeons aux autres, les inférieurs, mais que nous ne subissons jamais nous-mêmes. Nous sommes des vainqueurs mais jamais des victimes. Nous faisons l’expérience du triomphe mais jamais celle de la tragédie, et nous sommes persuadés que notre véritable identité est spirituelle, non corporelle.»