«Oh When The Saints». C'est un air brûlant de La Nouvelle Orléans qui ouvre le bal du concert-événement de Prince lundi soir au Montreux Jazz Festival. Une fanfare en costume noir arrive du parterre à la scène. 21h40. L'Auditorium Stravinski n'est pas tout à fait comble. L'entrée du public s'est faite au compte-gouttes, mesures de sécurité drastiques imposées par son éminence obligent. Photographes bannis. Lumières pourpres, la fanfare en question, c'est la garde rapprochée du Prince. En scène, elle poursuit par un standard jazz. C'est un thème de Wayne Shorter qu'on sublime. Prince arrive du côté gauche, main philosophe appuyée au menton, costume orangé, lunettes et chapeau noirs. Aux soli de trompette et de saxophone, il ajoute l'électricité de sa guitare. Motifs crissants. Puis Prince de se faire chef d'orchestre. Il laisse le groupe achever ces préliminaires du tonnerre. Funky et instrumentale est la suite, guitares sur synthés radicaux. Prince s'appuie sur un ampli, on dirait Clark Gable... Avant de jeter sa six cordes au sol. Les premières minutes de sa carte blanche promettent une nuit des plus noires. Aux sources du jazz...