Le printemps, l’autre saison des prix littéraires

Livre Kamel Daoud pourrait finalement avoir le Prix Goncourt… du premier roman

Il y a une semaine, Jacques A. Bertrand recevait le joli Prix Alexandre Vialatte pour Brève Histoire des choses (Juillard) et pour l’ensemble de son œuvre. Saïdeh Pakravan pour Azadi (Belfond) et Marceline Loridan-Ivens pour Et tu n’es pas revenu (Grasset) ont été, quand à elles, saluées cette semaine par le jury de la Closerie des Lilas. La première a décroché le Prix Closerie des Lilas, la seconde celui de l’Académie des Lilas.

Les lilas refleurissent et les prix littéraires aussi. Le 5 mai prochain, l’Académie Goncourt envoie la seconde salve de ses prix annuels, en élisant le meilleur premier roman, le meilleur recueil de nouvelles et le meilleur poète. L’occasion peut-être, pour Kamel Daoud, finaliste du Goncourt en novembre dernier battu finalement par Lydie Salvayre, de recevoir le «Prix Goncourt», puisque Meursault, contre-enquête (Actes Sud) est sélectionné dans la catégorie «premier roman». Pour le Goncourt de la nouvelle, une autre personnalité en vue est en lice: Régis Jauffret avec Bravo (Seuil). Quant au poète, les jurés devront choisir entre Pierre Oster, Franck Venaille et William Cliff.

Autre rendez-vous français, le Prix du Livre Inter, où un juré d’auditeurs de France Inter désignera son ouvrage préféré sous la houlette de Jean-Christophe Rufin. Dix livres sont sélectionnés, dont Les Evénements de Jean Rolin (P.O.L) et Vernon Subutex de Virginie Despentes (Grasset). Verdict le 8 juin. Entre les Goncourt et l’Inter, se glissera le 24 mai le Prix Ouest-France Etonnants Voyageurs.

L’année du Prix Ramuz

En Suisse romande, coutumière des prix de printemps, on se prépare à applaudir des écrivains. Le grand Prix Ramuz – décerné tous les cinq ans – sera remis à Catherine Safonoff le 25 avril. Le Prix Michel-Dentan devrait être annoncé prochainement, tout comme le Prix Pittard de l’Andelyn et le Georges-Nicole destiné à un écrivain non publié.

Le Salon du livre de Genève, du 29 avril au 3 mai, promet également une belle distribution des prix. Sept sont annoncés. A commencer par le Prix Montblanc du Salon du livre, puis le Prix Kourouma (littérature africaine), le Prix du public de la RTS, le Prix RTS Littérature ados, le Prix SPG, le Prix Chronos et, enfin, le Prix Lettres frontière.

Dans le monde anglo-saxon, ce printemps 2015 est aussi la saison d’un grand prix. Le 19 mai, le Man Booker International Prize, qui distingue tous les deux ans un écrivain du monde, anglophone ou traduit en anglais: Mia Couto, Alain Mabanckou, Amitav Ghosh et d’autres sont nominés.

On le voit, l’automne est loin d’avoir la palme des distinctions.