A la fin de La Mémoire tyrannique figure un schéma de la «Comédie inhumaine» de la famille Aragón. Depuis Le Bal des vipères, en 1996, Horacio Castellanos Moya a publié 11 volumes, romans et théâtre, qui tous entretiennent des liens avec cette lignée de notables. La Mémoire tyrannique, publié en 2008, se situe en amont de la saga, bien avant la guerre civile qui a déchiré le Salvador entre 1980 et 1992.

Lire aussi: Deux rescapés de la guérilla au Salvador perdus dans l’Amérique puritaine