Réunie au restaurant Drouant, l’Académie Goncourt a communiqué cet après-midi 4 octobre sa deuxième sélection, comptant huit romans. La Valaisanne Sarah Jollien-Fardel n’a pas été retenue dans cette nouvelle liste pour Sa préférée (Sabine Wespieser), déjà couronné par le Prix du roman Fnac et toujours en lice pour le Goncourt des lycéens. Ce premier roman, qui connaît un grand succès public, se déroule dans un village valaisan et revient sur la violence exercée par un père de famille.

Lire aussi: Sarah Jollien-Fardel: «J’étais révoltée, à l’école, partout»

Restent en lice, pour le Prix Goncourt: Giuliano da Empoli (Le Mage du Kremlin, Gallimard), Monica Sabolo (La Vie clandestine, Gallimard), Grégoire Bouillier (Le cœur ne cède pas, Flammarion), Brigitte Giraud (Vivre vite, Flammarion), tous publiés par le même groupe éditorial, à savoir Madrigall. S’y ajoutent Nathan Devers (Les Liens artificiels, Albin Michel), Cloé Korman (Les Presque Sœurs, Seuil), Makenzy Orcel (Une Somme humaine, Rivages), ainsi que la primo-romancière Pascale Robert-Diard (La Petite Menteuse, L’Iconoclaste). La troisième sélection sera révélée le 25 octobre, depuis Beyrouth. Fin du suspense le 3 novembre, avec la révélation du livre couronné.

La part belle aux écrivaines romandes

Le Prix Femina a annoncé lui aussi cet après-midi ses trois nouvelles sélections (romans français, romans étrangers, et essais). Parmi les dix romans français retenus, citons Le cœur ne cède pas de Grégoire Bouillier (Flammarion); Taormine d’Yves Ravey (Minuit); ou encore Un Chien à ma table de Claudie Hunzinger (Grasset).

Lire encore: Monica Sabolo a enquêté sur le groupe armé Action directe: «J’ai ouvert la boîte noire»

La Lausannoise Anne-Sophie Subilia faisait partie de la première sélection pour L’Epouse, publié par Zoé. La romancière et poétesse y raconte la mission d’un délégué du CICR à Gaza, en 1974. Si elle ne figure plus sur la nouvelle liste du Femina, elle demeure dans la course pour le Médicis.

Lire aussi: «L’Epouse», d’Anne-Sophie Subilia: seule à Gaza, face à la mer

Les premières sélections de ces prestigieux prix parisiens avaient fait la part belle aux écrivaines romandes. Rappelons que la Vaudoise Corinne Desarzens figure toujours dans la sélection du Wepler, qui récompense des œuvres «inclassables», pour son truculent et kaléidoscopique récit sur la vie de Churchill: Un Noël avec Winston (paru à La Baconnière). Affaire à suivre, le 14 novembre, avec l’annonce du lauréat.