Tout part d’un choix, qui se révèle funeste. Pour une fois, le titre français d’un feuilleton, même sot, a sa raison d’être. La minisérie anglaise Dark Money devient Le Prix du silence, et cet intitulé plat résume en effet le propos. La RTS montre cette fiction BBC ces jours, et en rattrapage.

Il est bien question du prix payé par une famille après un drame et d’une décision lourde de conséquences. Au nord de Londres, Isaac (Max Fincham) vit avec sa sœur Jess, son père Manny et sa mère Sam. Manny avait eu un enfant auparavant avec une autre femme, un demi-frère qui compte beaucoup pour Isaac. A 14 ans, l’ado est un acteur prometteur et, justement, il a été repéré par une production américaine pour un blockbuster à base de super-héros.

Hollywood. Le rêve de tout acteur, vécu avant d’avoir 15 ans. Gloire, perspectives folles et abus sexuels de la part du producteur.

Retrouvez tous nos articles sur les séries

A partir du retour de l'enfant prodigue

La minisérie écrite par Levi David Addai commence au moment du retour de l’enfant prodigue. Celui-ci possède une preuve. Il ne parvient pas à garder longtemps son secret; Manny puis Sam en prennent connaissance, abasourdis, ravagés. Ils en parlent à la personne qui, au sein de la société du producteur vedette, devait accompagner Isaac dans son aventure hollywoodienne. Dès lors, les engrenages se mettent en marche. Les parents sont contactés. Dans une salle d’une froideur adéquate, ils doivent faire face à quatre avocats rodés à ce genre de discussion. Et, à la fin, ils prennent le chèque.

Une intelligence du propos

Enfin, on ne les voit pas saisir le chèque. La fin du premier épisode suggère d’une manière bien plus élégante qu’ils se sont emparés d’un papier sur lequel était écrit «trois millions de livres». L’ensemble de ce Prix du silence a cette originalité de construction et, plus, cette élégance psychologique dans son approche d’un thème par nature extrêmement sensible. La BBC en fait un porte-étendard pour promouvoir les services d’aide aux enfants victimes d’abus.

Lire aussi: Netflix imite même la BBC


«Le Prix du silence». Minisérie en quatre épisodes. Sur la RTS le dimanche soir et sur Play RTS jusqu’au 11 novembre.