Les éloges sont unanimes: la saison 2003-2004 a été une réussite artistique. Dans son exploration du mouvement Sturm und Drang, l'Orchestre de chambre de Lausanne (OCL) a convaincu. Et entre le directeur artistique Christian Zacharias et ses musiciens, la relation tient désormais de l'«osmose» selon Olivier Verrey, le président du Conseil de Fondation de l'OCL. Le beau fixe, donc, si n'étaient les difficultés financières auxquelles il s'agit de faire face: 120 000 francs de perte en 2003, et une coupe de 100 000 francs dans la subvention accordée par le canton de Vaud.

Pour y remédier, l'ensemble des salariés de l'orchestre a accepté une baisse de salaire en 2004. La future gestion de la salle Métropole par les responsables de l'OCL (lire Le Temps du 19 avril) permettra aussi des économies de loyer, explique Olivier Verrey, qui réaffirme la volonté des nouveaux gérants de laisser la salle accessible aux productions extérieures (pop et rock entre autres).

Fabio Biondi et… Daniel Rausis

La saison 2004-2005 «sera plus légère, sans trop de complications», a résumé mercredi Christian Zacharias, qui entamera sa cinquième année à la tête de l'orchestre. Une manière de revenir à une programmation très classique, dominée par Haydn, Mozart et Beethoven, mais aussi de retrouver Chopin dès le concert d'ouverture (Concerto pour piano N° 1), d'inviter Armin Jordan à diriger Le Chant de la terre de Mahler (en octobre), d'accueillir le chef Fabio Biondi (en décembre), Piotr Anderszewski (en février) et l'excellent violoniste Thomas Zehetmair (en mai 2005). On se réjouit de retrouver Bernarda Fink dans les Wesendonck Lieder de Wagner (en mars), comme Paul Agnew et la très fraîche Sandrine Piau, voix choisies par Ton Koopman pour une version de concert de Zaïde de Mozart, où l'homme de radio Daniel Rausis endosse le rôle de récitant (en avril 2005).

L'Orchestre poursuit ses collaborations avec les institutions culturelles de la région, en premier lieu avec l'Opéra de Lausanne, et organise pour la première fois une master class en janvier 2005, avec le chef finlandais Jorma Panula, qui a formé d'excellents chefs comme Saraste ou Salonen. L'Orchestre n'oublie pas non plus de bouger. Lors de concerts décentralisés en Suisse romande et de migrations de prestige, comme à La Roque d'Anthéron et – c'est une première – aux légendaires Proms de Londres, en août 2004.

Rens. 021/345 00 25 et http://www.regart.ch/ocl