Le mois dernier s’est terminé un volet du procès tant attendu concernant la vente du faux tableau Portrait d’homme portant la signature de Frans Hals (env. 1582-1666). La chronologie de cette affaire dénote la difficulté à identifier les faux de qualité et la bombe à retardement qu’ils représentent: une tromperie qui peut duper même les connaisseurs.