Au début des années 2000, fidèle à un enthousiasme sans limites qui le voyait rêver de projets démesurés, Claude Nobs annonçait vouloir construire une scène lacustre pour y accueillir R.E.M. et Neil Young. Cet été, huit ans après la disparition de son fondateur, le Montreux Jazz Festival (MJF) concrétisera son rêve en organisant des concerts sur une plateforme sur le Léman. La 55e édition de la manifestation vaudoise devrait en effet avoir lieu comme prévu du 2 au 17 juillet, mais dans une configuration repensée. Mathieu Jaton, forcément, est enthousiaste à l’idée de pouvoir annoncer que non, l’été 2021 ne sera pas silencieux. Pas question pour le directeur du MJF de se laisser porter par le pessimisme ambiant.

Revue de presse: Paléo jette sa deuxième éponge et douche les espoirs de festivaliers à nouveau orphelins

Concrètement, le festival annonce se déployer sur quatre scènes, dont deux seront gratuites. Le Montreux Palace en accueillera trois, deux à l’intérieur et une dans ses jardins, tandis que la quatrième sera donc construite sur le Léman, à 25 mètres des quais, face à des gradins d’une capacité maximale de 600 places assises. «Nous avons l’avantage de pouvoir nous adapter, ce qui n’est pas le cas de tous les gros festivals», explique Mathieu Jaton au lendemain de l’annulation du projet de 45e Parallèle que prévoyait Paléo pour l’été. «On voit bien que les manifestations qui, à la base, ont des concepts urbains ou axés sur des capacités réduites, comme le PALP en Valais ou la Cité à Lausanne, vont pouvoir proposer quelque chose. Le format que nous avons mis en place respecte les valeurs fondamentales du Montreux Jazz: proposer des projets inédits et en partie destinés aux talents émergents fait partie de notre ADN.»

Haute valeur ajoutée

La Scène du lac proposera une programmation axée sur les musiques actuelles. Le projet a pu se concrétiser grâce à l’appui de la ville et du canton, mais aussi de la CGN, qui a autorisé cette construction. Comme l’a toujours fait le festival, les performances seront filmées, mais aussi diffusées, à la faveur du partenariat récemment conclu avec Qello Concerts by Stingray, leader mondial en matière de diffusion numérique de musique live. «Pour les artistes, ces concerts sur le lac seront un moment unique et magique, à haute valeur ajoutée. A travers le contenu audiovisuel qui sera produit, ils pourront toucher un large public.»

La scène du Petit Théâtre, avec ses 300 places assises réparties dans la Salle des fêtes du Montreux Palace, sera de son côté dévolue au jazz et à la soul. Egalement dans les murs du grand hôtel, le Grand Hall mettra en lumière – sous le patronage de la Montreux Jazz Artists Foundation – des découvertes et jam sessions. Les Jardins, enfin, proposeront en extérieur, jusqu’à 2h du matin et dans une configuration mixte chaises longues et debout, des concerts acoustiques et des DJ sets. «Nous sommes partis dans une logique de small is beautiful, image Mathieu Jaton. Si on ne peut pas faire du gros, faisons du petit…» Le Fribourgeois n’exclut néanmoins pas qu’en fonction de la couverture vaccinale et de l’évolution de la situation sanitaire ce 55e MJF un peu particulier puisse monter en puissance. «Si on nous autorise à faire quelque chose dans un Auditorium Stravinski à 50% de sa capacité, et que des artistes déjà sur place sont partants, pourquoi pas? Mais il nous faut garder une certaine humilité, car ce qu’on aura appris avec cette crise, c’est qu’on ne sait jamais ce qui peut se passer en deux mois.»

Lire aussi: En attendant de savoir à quoi ressemblera son été, le Montreux Jazz soutient les talents de demain

Les artistes, eux, sont en tous les cas ravis à la perspective de retrouver un public, même restreint. «Certains, se réjouit le directeur du MJF, se réjouissent de pouvoir venir passer quelques jours à Montreux. Je suis peut-être un utopiste, mais j’aime penser que lorsqu’ils seront là, ils auront peut-être envie de proposer quelque chose d’unique. En marge de la colonne vertébrale de la programmation, on pourrait par exemple imaginer des concerts piano solo dans le jardin du chalet de Claude Nobs… Ce serait dingue, non? Laissons libre cours, dans la plus pure tradition montreusienne, à notre imagination!»

Un autre festival qui aura lieu: Le PALP pour combler les appétits culturels

La programmation et les modalités d’accès à la billetterie seront dévoilées en mai. Verra-t-on essentiellement des musiciens suisses ou en provenance des pays limitrophes? «Pas sûr, révèle Mathieu Jaton. Car s’il est évident qu’il sera impossible d’accueillir des grosses productions, et que dans certains genres, comme le hip-hop ou la pop ultra-léchée, les artistes ne voudront peut-être pas revoir leurs dispositifs scéniques à la baisse, tous ont envie de jouer. Et il ne faut pas oublier que les campagnes de vaccination, en Angleterre comme aux Etats-Unis, sont bien avancées. En fonction de la mise en place d’un «passeport vaccinal» et des règles de déplacement, il existe une probabilité pour que des artistes anglo-saxons puissent venir. Un artiste américain m’a par exemple appelé pour me dire qu’il était vacciné et, dans la mesure du possible, prêt à jouer…»