A Genève, les responsables du Festival Tous Ecrans prennent des risques. Cette année, la part des populaires séries américaines est ramenée à la portion congrue dans l'offre du festival, aussi dédié aux films fictions web et à la réalité augmentée.

Le directeur Emmanuel Cuénod estime qu'à l'heure où les épisodes américains sont vus à la vitesse de l'éclair par la magie des torrents, de telles projections, même sur de somptueux grands écrans, n'ont plus sens.
Pas faux. Et le raisonnement débouche sur une heureuse conséquence. Tous Ecrans offre un joli foisonnement de fictions européennes. Parmi d'autres, quatre pépites.

The Refugees: migrants de demain

Les pays occidentaux sont envahis par des migrants. Le point de départ de la série anglo-espagnole The Refugiees ne manque pas de résonances avec le présent. Les foules assaillent des frontières, des cités. Sauf qu'ici, les immigrés viennent… du futur. Centrée sur le destin d'un couple, au plus large d'une petite communauté, The Refugiees n'est pas la parabole que l'on imaginerait. L'énigmatique pilote suggère davantage la piste de science-fiction, non sans évoquer Les Revenants. La série est due aux Espagnols Ramón Campos, Cristóbal Garrido, Gema R. Neira et Adolfo Valor, avec l'appui de la BBC.

Acquitted : du passé faisons table basse

L'homme a réussi dans les affaires, il jongle avec les millions quand il n'investit pas ceux des autres, dans son quartier général de Kuala Lumpur. Il est Norvégien, et voilà qu'il apprend la perspective de faillite d'une entreprise de sa cité natale. Il revient donc, pour sauver la compagnie. Et pour faire face à son passé, lui qui fut accusé de meurtre 20 ans auparavant, néanmoins acquitté. Créée par Anna Bache-Wiig et Siv Rajendram Eliassen, Aquitted noue une tension sur cette double corde du supposé crime passé et de négociations d'affaires, une perspective originale.

Deutschland 83 : l'Allemagne en 99 ballons (capitalistes)

Il se trouve soudain dans un supermarché, de l'Ouest, et c'est le vertige devant cette abondance sur les rayons, avec Eurythmics en symphonie plastique de fond. Ecrite par Anna Winger et Jörg Winger, cette série prometteuse revient aux années 1980, quand Ronald Reagan soufflait sur les braises tièdes des relations Est-Ouest en parlant de l'Europe «des ténèbres». Un jeune soldat de l'Allemagne communiste est poussé à devenir l'assistant d'un officier ouest-allemand. Mission périlleuse. Le feuilleton distille une Ostalgia sucrée mais sérieuse, jusqu'à la bande musicale, dont l'impérissable 99 Luftballons de Nena.

«Trapped» : glaciale enquête en Islande

Epoustouflante fabrication du réalisateur Baltasar Kormákur, le pilote de «Trapped» se déroule dans une petite ville islandaise balayée par une tempête de neige. Fureur de la nature qui accroît encore la violence des hommes : des pêcheurs ont trouvé un tronc humain non loin du rivage. Il semble que le corps mutilé ait été largué d'un immense ferry qui vient d'accoster, pour une brève halte. La police locale veut bloquer les arrivants pour enquêter. Le réalisateur de 101 Reykjavik et Everest semble s'impliquer pleinement dans cette série, qu'il a créée. Une promesse froide, chaleureuse.

Festival Tous Ecrans, du 6 au 14 novembre. Rens. www.tous-ecrans.ch