LAVER

Laver son linge sale en famille.

Explication: Au village, décence, pudeur et discrétion sur l’état des fortunes, visible dans la beauté du linge, des draps par exemple, imposent de faire les lessives (les «buées») dans la buanderie plutôt qu’au lavoir commun. Au figuré, désigne le soin qu’aura tout groupe constitué d’éviter ou de réduire autant que possible les indiscrétions sur ses conflits internes, ses divisions. L’expression semble avoir été mise en circulation par Honoré de Balzac, qui l’attribue à Napoléon Bonaparte. […]

Exemples: «Et, le geste élargi, elle indiquait le quartier entier, elle en avait pour une heure rien qu’à étaler le linge sale de tout ce peuple, les gens couchés comme des bêtes, en tas, pères, mères, enfants se roulant dans leur ordure.» (Emile Zola, L’Assommoir, 1877)

«La grande famille socialiste se retrouve […] à La Rochelle avec ses valises toujours bourrées de linge sale.» (20 minutes, 29.08.2008)

Cuisine, aliments…, p. 447

CERISE

Des queues de cerise.

Explication: Comme la «clopinette», le «clou», («ne pas valoir un clou») et le «pet de lapin», la «queue de cerise» figure parmi les nombreuses petites monnaies naturelles affligées d’une totale ou presque totale absence de valeur.

Exemples: «Vous n’avez pas honte, à votre âge, de vous disputer pour des queues de cerise?… Allons, c’est fini, n’est-ce pas?» dit Tintin aux Dupond et Dupont (Hergé, Le Trésor de Rackham le Rouge, 1943-1944)

«La mise en cause de l’impartialité de la justice sur des «queues de cerise et des pets de chat» risquait de ridiculiser la garantie du procès équitable.» (Franklin Kuty, L’Impartialité du juge en procédure pénale. De la confiance décrétée à la confiance justifiée, 2005)

Jardins, potagers et vergers, p. 357

BRANCHE

Scier la branche sur laquelle on est assis.

Explication: Image humoristique d’une conduite absurde que n’aurait aucun élagueur sensé; au sens figuré, s’en prendre à ses protecteurs ou aux bases de sa propre situation.

Exemple: «En dissociant l’ontologique du phénoménologique, en essayant de penser la transcendance absolue de l’être ou de tel ou tel étant régional, on scie en fait la branche phénoménologique sur laquelle on est assis.» (Aux origines de la phénoménologie. ­Husserl et le contexte des Recherches logiques, éd. par Denis Fisette et Sandra Lapointe, 2003)

Champs, bois, forêts, p. 392

DAMOCLÈS

L’épée de Damoclès.

Explication: Familier de Denys l’Ancien, tyran de Syracuse, Damoclès lui reprochait son train de vie princier. Denys, au cours d’un banquet, fit suspendre à un crin de cheval au-dessus de la tête de Damoclès une épée pour lui faire comprendre combien la faveur des rois peut être fragile et éphémère. Par extension, l’«épée de Damoclès» en est venue à figurer un danger en suspens qui pèse sur quelqu’un et rend son avenir problématique.

Exemple: «Deus ex quinquina. Alice au pays des merguez. Immaculée contraception. Immatriculée conception. L’épée de Madame Oclès. Touchez pas au grizzly. Ménagère approvisionnée. Chapelle strychnine (allusion aux Borgia). Horloge gastronomique, c’est l’estomac qui réclame.» (Gérard Genette, Bardadrac, 2006)

L’Histoire, p. 637

BOTTES

Droit dans ses bottes.

Explication: Les bottes du postillon ou du cocher étaient en fait de très solides étuis qui leur protégeaient les jambes en cas de chute: «Les deux chevaux du second postillon s’abattent à leur tour. On tire le postillon de dessous le cheval porteur, où il avait la cuisse engagée; il y laisse sa botte forte. Les chevaux se relèvent; le postillon repasse sa botte et se remet en selle. La voiture part.» (Alexandre Dumas, La Route de Varennes, 1923). Reste l’image de bottes rigides qui, à elles seules, font tenir droit leur porteur, sans effort de sa part; d’où le sens figuré d’occuper ses fonctions avec détermination, sans se laisser ébranler, auquel M. Alain Juppé a redonné vie le 6 juillet 1995 sur TF1: «Je suis droit dans mes bottes et je crois en la France.»

Exemple: Régis Debray évoque le temps où «nos grands interprètes préféreront être à l’aise dans leurs baskets que droits dans leurs cothurnes». (L’Obscénité démocratique, 2007)

Modes disparues, p. 219