Les circonstances de la mort de Michael Jackson restent mystérieuses. Une chose est sûre: le roi de la pop, décédé jeudi à Los Angeles, n’a pas été tué par un fanatique. L’autopsie a formellement écarté un acte criminel. A partir de là, tout reste ouvert. Mais l’hypothèse d’une surmédication en vue de son retour prévu sur scène est la plus couramment lue et entendue sur le web.

La dépouille de Michael Jackson a été remise à sa famille vendredi soir, vers 21h (heure locale), après l’autopsie qui a eu lieu vendredi matin à Los Angeles pour tenter d’y voir plus clair. Mais les résultats définitifs ne seront connus que dans «quatre à six semaines», a précisé un porte-parole de l’institut médico-légal. «Le légiste a demandé que d’autres analyses (soient effectuées), comme la toxicologie», a- t-il expliqué, afin de pouvoir livrer «un résultat final sur ce qui a provoqué la mort» du chanteur.

Le révérend Jesse Jackson, qui n’avait aucun lien de parenté avec la star, a passé toute la journée de vendredi avec la famille de Michael Jackson. La famille a demandé une seconde autopsie, a déclaré samedi Brian Elias, un porte-parole de l’institut médico-légal de Los Angeles.

La nouvelle autopsie devrait aider à comprendre ce qui s’est vraiment passé dans la journée de jeudi. Le décès de la star a été officiellement constaté jeudi après-midi dans un hôpital de Los Angeles. Son frère Jermaine évoquait alors un «arrêt cardiaque».

L’attitude du médecin de Michael Jackson est pour le moins étrange. Le site internet TMZ - qui a annoncé le premier sa mort à 17h20 heures locales jeudi soir - a affirmé vendredi que Jackson avait reçu une injection de Demerol, un puissant analgésique, environ une heure avant de perdre conscience. Jackson aurait pris l’habitude de recevoir une injection quotidienne de ce produit, qui le rendait plus résistant.

Quand le chanteur a perdu connaissance, son médecin, Dr Conrad Murray, était présent. Dans l’appel au no de secours 911 lancé par l’un des membres du staff de Jackson - à écouter sur la chaîne ABC - l’appelant précise que le chanteur est «sur son lit» et que le «médecin est là». Il aurait fait le maximum pour le ranimer, sans succès.

Le pasteur noir Jesse Jackson se fait l’écho des nombreuses questions qui se posent sur la mort de l’artiste: «Quand le médecin est-il venu ? Qu’a-t-il fait ? A-t-on fait (à Michael Jackson) une injection, et si c’est le cas, de quoi ?», s’est interrogé le révérend. «Et quand (le médecin) est revenu, est-il revenu longtemps après avoir été appelé ?»