«Non, la Suisse n'a pas besoin d'un Musée national. Nous avons beaucoup trop de musées et pas suffisamment de moyens pour nous en occuper. Le Musée national est une sorte d'absurdité qui ne colle plus avec l'époque. De plus, les Zurichois ont la main dessus depuis sa construction, et c'est bien là le drame. On est dans une impasse. La querelle de personnes que l'on vit aujourd'hui n'est qu'une manifestation de plus d'un mal qui ronge ce musée depuis sa naissance. En fait, on conteste son existence depuis toujours. D'abord, on s'est battu autour de son contenu et de son emplacement, à Berne ou à Zurich. Puis on s'est achoppé autour des fresques de Ferdinand Hodler qui le décorent. Et l'annexe de Prangins a donné lieu à des discussions sans fin. En fait, le Musée national est toujours resté un concept bâtard. On se demande aujourd'hui s'il faut le développer? Non! Qu'on vende ce terrain à UBS ou à Credit Suisse et qu'on distribue le contenu du Musée national aux écoles!

L'Allemagne a connu des débats idéologiques immenses sur la question d'un musée national. La France a eu l'audace de détourner le problème avec des projets utopiques, comme le Centre Pompidou ou le Musée d'Orsay. Mais nous, nous n'en avons pas les moyens. Les pays qui ont le moins de problèmes avec cette question sont ceux qui n'essaient même pas d'y répondre.»