Joël Perrier, responsable de la programmation à Radio Rhône: «Eminem est incontournable dans la tranche horaire 16-18 h qui est écoutée par les 15-25 ans. Le reste du temps, nous ne passons aucun rap. Le public ne correspond pas à ce style et demande avant tout des chansons en français. Un temps, nous avions diffusé du rap français dans ces tranches horaires-là et nous avons eu quelques coups de téléphone étonnants du genre: «Arrêtez avec vos cochonneries en anglais!»… Alors que l'auditeur en question était en train d'entendre une chanson en français! Eminem, en revanche, ne suscite aucune réaction et récolte toujours de très bons suffrages sur notre hit-parade Internet. La langue anglaise fait évidemment barrage: là aussi, les auditeurs écoutent d'abord la musique et pas les paroles. Sur le plan musical, Eminem frappe fort avec ses ballades très mélodieuses comme Stan son nouveau tube.»

Philippe Martin, chef d'antenne à Radio Framboise: «Si les chansons d'Eminem étaient en français, je suis persuadé que les radios les auraient censurées illico. Stan est le premier titre d'Eminem que nous diffusons dans la journée en dehors des émissions spécialisées. Malgré ses paroles dures, la chanson est très mélodieuse et peut être appréciée par un public large. Elle est dans les dix meilleures ventes européennes et nous pouvons difficilement passer à côté. Cela dit, nous ne sommes pas esclaves des classements. Nous refusons de passer des raps en français, même s'ils sont numéro 1 en France, quand leurs textes sont trop violents.»

Patrick Rouiller, responsable de la programmation musicale à Couleur 3: «Nous passons Eminem depuis longtemps. Nous faisons un choix entre les titres, plus accessibles, moins durs, qui passent dans la journée et ceux réservés à l'émission spécialisée hip-hop, Down town boogie, programmée à 21 h. Eminem n'est de loin pas le plus dur de la mouvance rap américaine: MTV diffuse des clips beaucoup plus extrêmes. Eminem joue du décalage entre sa personne, plutôt gentil garçon à en croire ses interviews, et les personnages qu'il interprète. Personnellement, j'ai été beaucoup plus énervé par un film comme Natural born killers d'Oliver Stone qui montre de la violence sans aucun recul. A Couleur 3, nous discutons au cas par cas des titres qui peuvent poser problème. En Suisse, la langue anglaise fait encore office de filtre. Les titres que nous avons renoncé à diffuser à cause de leur contenu étaient des chansons en français des groupes NTM ou Java par exemple.»

Propos recueillis par Lisbeth Koutchoumoff