«Comment, dis-je, un rat peut tout arrêter à bord?

– Oui, monsieur. Un rat ou telle autre cause fortuite qui établirait ce contact ou déclencherait ce bouton. Tout stopperait. Aussi bien le tournebroche à la cuisine que le moteur de cabestan pour la manoeuvre des ancres. Il n'y aurait plus de ventilation à bord, pas plus dans les postes d'équipage que dans les cabines de luxe, et aucun des 51 ascenseurs ne marcherait plus. C'est pourquoi je passe mon temps à tendre des collets. C'est une sale engeance que ces rats. Ils sont montés à bord à Saint-Nazaire où les quais en sont infestés. En plus du Moustachu, que j'ai manqué, il y en a un autre avec une tache blanche sur les fesses. Il est gras comme un cochon d'Inde. Je me demande ce qu'il peut bien bouffer, ici. Peut-être de l'électricité?….»

Cendrars, A Bord du «Normandie», p. 123