Fiction TV

Le réalisme radical du «Bureau des légendes»

Lors d’une rencontre à Lausanne, Alex Berger, coproducteur de la série dont la quatrième saison s’achève ce lundi, a raconté que le tournage au Maroc a fait l’objet d’alertes. La sécurité nationale française s’inquiétait que des suspects cherchent à atteindre le pays à travers… la série

Petite surprise, jeudi 15 novembre, lors d’une soirée publique organisée par Canal + et Le Temps. Face aux personnes présentes, Alex Berger, coproducteur du Bureau des légendes dont la quatrième saison s’achève ce lundi en diffusion hebdomadaire, raconte qu’à un moment du tournage de la troisième saison, basée au Maroc, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) a adressé une alerte de sécurité à l'équipe sur place.

Les renseignements français, dont la série raconte les tribulations fictives, s’inquiétaient de menaces pesant sur l’équipe. «J’étais sidéré», raconte Alex Berger: «Ils nous ont briefés pour un protocole de sécurité. Il fallait tout anonymiser. Je devais changer tous les noms, mettre des pseudonymes sur tous les plans de service, ne laisser aucun nom réel… On nous expliquait que certains pouvaient vouloir s’en prendre à la DGSE, et pour l’atteindre, ils pourraient s’en prendre au Bureau des légendes…»

Le télescopage avec le réel est vertigineux. La série devient une cible comparable à l’institution qu’elle conte. Son réalisme l’identifierait presque à son modèle. Autre invité, Alain Mermoud, collaborateur scientifique à l’Académie militaire de l’EPFZ et président de l’association Swissintell, apporte son expertise: «La série est d’un très grand réalisme, notamment parce qu’elle ne s’intéresse pas seulement aux gens de terrain, mais aussi à toute la dimension de bureau, devant des écrans, pour l’analyse de données, ainsi que l’attente dans le cas de certaines surveillances… Le côté ennuyeux du domaine, en fait.» Questionné sur d’éventuels décalages face au réel, il n’en voit pas, «hormis peut-être la durée des missions, qui semblent plus longues qu’en réalité».

Alex Berger relate la précision du protocole établi avec la DGSE, laquelle relit tous les scénarios à leur état final, dans le cadre d’une procédure précise: indiquer ce qui ne serait pas plausible, et signaler s’il y a un point problématique – «ce cas-là ne s’est produit qu’une seule fois, à propos du nom d’un personnage». Les coulisses complexes de ce grand feuilleton, réellement aux prises avec sa matière.


Lire aussi:

Publicité