Il y a Olga, la professeure de Bodycombat qui ne rigole pas et pour qui on est tous «un tas de misérables pirojkis». Il y a l’entrepreneur valaisan qui fait de l’argent en vendant des containers pour les migrants. Et aussi la bonne copine qui perd son temps plus vite que son ventre. Sans oublier la tante alcoolique, un sommet d’égarement. Rebecca Bonvin, à l’affiche des Créatives, ce jeudi 15 novembre, fait rire à travers une série de portraits musclés.

De Grete à Eliane

Ce n’est pas une surprise. La comédienne a déjà épaté dans le rôle de Grete, personnage féminin d’Alpenstock, satire de l’enfermement mise en scène par Sandra Amodio il y a deux ans. Dans un chalet de poupée, Rebecca Bonvin y campait une Trudi tradi qui se pâmait pour un «Balkano-Carpato-Transylvanien» volcanique. Il y a de l’esprit chez cette humoriste et beaucoup de tempérament. Son spectacle Ah-Hou Cha Cha Cha, à voir ce jeudi 15 novembre à la Salle communale de Confignon, en témoigne à tout instant.

Lire aussi: A l’Alchimic, on tue l’étranger, il revient valser

Le sketch le plus audacieux? Celui de la guerre à laquelle la comédienne joue avec, ou plutôt contre, Martin, un gamin de 6 ans qu’elle emmène dans un trip secoué basé sur les métaphores militaires et les expressions de politique étrangère. Je vais te pulvériser, lance-t-elle, le couteau entre les dents. On rit, mais un peu jaune. Le plus souvent, Rebecca Bonvin taquine. Parfois, elle mord.

La médium qui saute dans la joie

Comme cet épisode où elle compose sa grand-mère grabataire, évocation sans filtre du vieillissement. Ou cette séquence où elle raconte comment, de l’humeur à la silhouette, «tout glisse et part en live chez les femmes de plus de 50 ans»… Heureusement, quels que soient notre sexe, notre âge et notre destin, nous pouvons «sauter dans la joie» avec Eliane Grandjean, irrésistible portrait d’une médium convaincue que «nous sommes tous des êtres de lumière».

Face à cette galerie de personnages, on pense à Brigitte Rosset pour la capacité à observer et à se transformer physiquement. Et aussi à Claire Bretécher ou Hélène Bruller, bédéastes de talent avec qui la comique originaire du Valais partage cette manière de croquer crûment les figures (plus ou moins) givrées de notre société. Mais si son humour de tableaux vivants est tellement attachant, c’est que Rebecca Bonvin aime aussi les gens.


Ah-Hou Cha Cha Cha, Salle communale de Confignon, Les Créatives, le 15 novembre, à 19h.