Dans l'article sur le livre de Pietro Boschetti, «La Suisse et les nazis. Le Rapport Bergier pour tous» (LT du 5.11.2004), la coupe malencontreuse d'une phrase a transformé la date à laquelle a été prononcée la fameuse phrase «La barque est pleine» (1942 et non 1944). Il aurait fallu lire: En 1942, une directive du chef de la Division de police Heinrich Rothmund ordonne l'expulsion séance tenante de tout réfugié illégal et, surtout, précise que les juifs «ne doivent pas être considérés comme des réfugiés politiques». Il faut attendre le 12 juillet 1944 pour que Berne admette que les juifs sont menacés, tandis que la Suède, d'abord aussi restrictive que la Suisse, fait volte-face dès fin 1942. La même année, le conseiller fédéral Eduard von Steiger utilise la métaphore devenue célèbre de «la barque est pleine».