Voilà, le programme est annoncé. Du 18 au 24 avril, le festival Visions du réel propose un copieux menu cinématographique, très «world food» puisque plus de 30 pays y sont représentés, pour quelque 150 films. Beaucoup de premières, notamment dans les compétitions, et une nouvelle fois des invités aux styles cinématographiques contrastés pour les deux ateliers. Cette année, on pourra ainsi découvrir en leur présence et avec leurs éclairages les documentaires de Nicolas Philibert et d'Apichatpong Weerasethakul.

Une grande exposition

Le premier est déjà largement connu du grand public grâce au succès d'Etre et avoir (2002), mais aussi, dix ans plus tôt déjà, grâce à un film comme Le Pays des sourds. Le second est reconnu comme le chef de fil du nouveau cinéma thaïlandais depuis les récompenses à Cannes de Blissfully Yours (2001), et encore l'an dernier de Tropical Malady.

Au programme de cette édition figurent aussi quelques films humanitaires du CICR, depuis les années 20, les courts métrages croisés de jeunes réalisateurs palestiniens et suisses à Ramallah, les 20 ans du groupe de vidéastes lausannois Climage, ou encore une grande exposition questionnant le rapport au réel de tous ceux qui font et projettent des images en mouvement aujourd'hui, du cinéma au musée. Suscité par Pro Helvetia, l'événement sera accueilli au château. Forums et tables rondes permettront, au fil du festival, de débattre autour de ces différents axes de la programmation. Enfin, Visions du réel organise aussi son marché international destiné aux professionnels, Doc Outlook.

Côté finance, le festival nyonnais peine toujours à remplacer le soutien de UBS, mais continue d'être soutenu conjointement par la Ville de Nyon et le canton, ainsi que par la Confédération.

Rens. sur http://www.visionsdureel.ch