Fiscalité

Réforme fiscale et financement de l’AVS: les PME prennent la parole

A Genève, l’incertitude quant au résultat de la votation du 19 mai sur la réforme de l’imposition inquiète les entrepreneurs. La baisse d’impôts, assurent-ils, aidera l’économie genevoise à rester compétitive

La réforme fiscale et financement de l’AVS (RFFA) les concerne au premier chef. Pourtant, les entrepreneurs sont absents du débat public en vue de la votation du 19 mai. A Genève, l’enjeu est d’autant plus grand que le volet cantonal n’est pas bouclé, contrairement au canton de Vaud. Après le refus populaire du projet précédent (RIE 3), le 12 février 2017, de longues négociations se sont engagées.

Le 31 janvier de cette année, le projet de loi du Conseil d’Etat (un taux d’imposition unique à 13,99%) était voté par une majorité du parlement. Depuis, le Parti socialiste a fait volte-face et rejoint l’UDC, les Verts et Ensemble à gauche dans le camp des adversaires de cette réforme qui, pour compenser les pertes fiscales, propose un renforcement des subsides d’assurance maladie et une aide à la petite enfance.