Comment peut-on gaspiller autant d’énergie uniquement pour ne pas devoir travailler un peu plus? L’ampleur des protestations et des grèves lancées contre le projet de réforme des retraites de Macron a pu surprendre plus d’un observateur. Après tout, la France ne fait que s’aligner sur des règles de «responsabilisation» budgétaire et collective qui prévalent désormais dans la plupart des économies avancées. L’heure n’est plus à la dépense irréfléchie, c’est le moins qu’on puisse dire. Le principe de solidarité transgénérationnelle, qui est au cœur du système de retraite par répartition, se tourne désormais vers le futur. Il impose de ne pas faire payer aux travailleurs à venir le bien-être dispendieux des seniors d’aujourd’hui.

Lire aussi: Les retraités, «cobayes» de la France future