Mésestimé, voire méconnu, l'art contemporain en Amérique du Sud manque de relais promotionnels en Europe. Ce constat fonde la constitution, depuis deux ans, de la collection Daros à la Löwenbräu-Areal de Zurich. Collection et musée sont le fait de l'industriel Stephan Schmidheiny, qui a mandaté un historien de l'art allemand, Hans-Michael Herzog, pour constituer un ensemble sans équivalent de créations sud-américaines récentes. Peintures, dessins, sculptures, installations ou vidéos: 400 travaux d'une cinquantaine d'artistes ont déjà rallié Zurich. A terme, près d'une centaine de créateurs devraient être représentés dans ce qui sera, alors, la plus grande collection d'art contemporain d'Amérique du Sud.

La première présentation publique de «Daros Amérique du Sud» est toutefois centrée sur la photographie. Les organisateurs ont estimé que le médium, très en vue aujourd'hui, était idéal pour une exposition introductive, intitulée comme de juste La Mirada (Le Regard). L'expo est divisée en deux parties afin de montrer toutes les photographies de la collection. Des neufs artistes concernés, certains sont des stars internationales, d'autres sont à peine connus au-delà de leur province.

Il est difficile, au premier regard, de cerner l'identité sud-américaine de l'actuel accrochage. Est-ce en raison de la diversité des cultures comprises entre le Mexique et la Terre de Feu? Est-ce l'abîme qui sépare les artistes aux préoccupations globales des créateurs aux intérêts locaux? Rien ne semble réunir les autoportraits existentiels de la Mexicaine Marta Maria Perez Bravo de l'univers domestique de sa compatriote Maruch Santiz Gomez, qui illustre les dictons populaires du Chiapas. Pas grand-chose de commun entre les icônes postmodernes du Brésilien Vik Muniz et les anciennes images de prisonniers tatoués récupérées à Rio par Rosangela Renno.

A mieux considérer l'ensemble, de fragiles convergences apparaissent. Comme le goût pour le noir et blanc, les petits et moyens formats et, surtout le «réalisme magique», cette transmutation du quotidien le plus âpre en pure spiritualité.

«La Mirada», la photographie aujourd'hui en Amérique du Sud, 1re partie.

Daros Exhibitions (Löwenbräu-Areal, Limmatstrasse 268, Zurich). Ma-Ve 16-19 h, Sa 14-17 h. Jusqu'au 4 janvier.