Musique

Reine du Concours de Genève, la percussionniste Hyeji Bak rafle tous les prix

Etincelante finale au Victoria Hall. En plus du premier prix, la Sud-Coréenne a remporté la totalité des récompenses devant deux autres primés de haute volée

Quand les résultats du palmarès tombent, après plus de cinq heures de concert haletant, pauses et délibérations du jury, l’avalanche de récompenses décernées à Hyeji Bak donne le vertige. Sur la scène du Victoria Hall, la percussionniste sud-coréenne fait autant d’allers-retours que de prix annoncés par le président du jury du Concours de Genève. Un carton plein historique dont quelques auditeurs auront pu regretter un certain manque de diversité. Une telle unanimité est en effet saisissante.

«Il y a eu d’autres cas approchants, comme par exemple en 2008 pour le violoncelle, avec un seul prix spécial qu’Istvan Vardai n’avait pas reçu. Ou en 2012 pour le piano, avec deux récompenses décernées à d’autres que Lorenzo Soulès», déclare le secrétaire général, Didier Schnorhk. «C’est effectivement une situation rare. Mais ce qui est marquant dans ce cas, c’est le fait que tous les publics se soient rejoints sur un même choix.»