Automobile

Réinventer l’auto pour attirer les jeunes

Face à la désaffection de la «génération Y», les constructeurs inventent de nouvelles niches pour tenter de séduire. A l’image du Peugeot Rifter, le salon roulant connecté et modulable

Le constat est sans appel: les jeunes boudent l’automobile. A cela plusieurs raisons: vu le nombre croissant de véhicules sur les routes, la circulation est devenue chaotique. Du coup, le «plaisir de conduire» est devenu une notion très abstraite. De plus, acheter et entretenir un véhicule coûte cher et, pire, la simple obtention du permis de conduire est devenue un luxe hors de portée de la bourse de beaucoup de nouveaux conducteurs potentiels depuis l’introduction des nouvelles mesures obligatoires, entre cours de sensibilisation et permis en deux phases. Logique, donc, que de plus en plus d’étudiants, d’apprentis et même de jeunes actifs se tournent vers les transports publics ou les nouvelles formes de mobilité qui apparaissent ici et là.

Lire aussi: Ecologique, la voiture électrique?

Pour sortir de cette impasse, les constructeurs se doivent de faire preuve de créativité et d’imagination, Des exemples? En premier lieu le design. Un phénomène de fond, comme le look très manga du Juke de Nissan, ou plus «cosmétique» comme chez Mini, Opel et sa petite Adam ou Citroën et sa nouvelle Aircross, qui jouent la carte de la personnalisation à outrance, multipliant les combinaisons de coloris d’éléments de carrosserie, de toit ou de coques de rétroviseurs pour permettre au client de se créer un modèle «unique».

Versions «remuantes»

On note aussi la réapparition de versions «remuantes» comme Nismo chez Nissan, Abarth chez Fiat ou Gordini chez Renault. En outre, on imagine des écrans GPS pouvant servir de console de jeu, des systèmes audio devançant le prolongement de son smartphone ou même des… vernis à ongles du même ton que celui de la carrosserie.

Mais les jeunes n’ont que rarement l’occasion d’acheter des voitures neuves. C’est pourquoi les constructeurs essayent maintenant d’imaginer de nouveaux styles de véhicules, pour réinventer la voiture en cumulant des atouts a priori aussi incompatibles que confort et versatilité, volume et consommation réduite ou équipement pléthorique et prix raisonnable. Et si, en plus, ils parviennent à équiper leur véhicule du dernier cri des assistances de sécurité – auxquelles les jeunes attachent de plus en plus d’importance – et d’une connectivité aussi performante que celle de votre appartement, le pari peut s’avérer gagnant.

Ambiance lounge

Posé sur une toute nouvelle plateforme, Rifter offre déjà plus de place que son prédécesseur à la base. Mais il ne s’arrête pas là. Une équipe de designers d’intérieur a planché sur tous les meilleurs moyens de le rendre encore plus convivial, simple d’emploi et pratique. Allant jusqu’à lui installer des rangements et une «arche» translucide permettant de stocker des objets juste sous le toit en verre «Zénith» optionnel. Et l’appendice diffuse même de la lumière la nuit: de quoi transformer un banal utilitaire en véritable «lounge mobile».

Lire également: Les voitures électriques, formule magique

Mais une simple esbroufe cosmétique ne suffit pas. Encore fallait-il que ce déménageur civilisé offre un confort approchant celui d’un vrai monospace. Mission accomplie: à l’usage, Rifter se montre accueillant, confortable et convivial. Et même si certaines trouvailles semblent tenir plus de la solution apportée avant que vous ne vous soyez posé la question – qui a réellement besoin de 186 litres d’espace de rangement, dont 60 sous le toit, à l’intérieur de son auto? – l’ensemble est plutôt cohérent et – presque – toujours fonctionnel (essayez un peu de récupérer en roulant un truc rangé dans un bac situé… sous vos pieds).

Position «racing»

Engin sympathique et attachant au demeurant, Rifter saura, en plus, vous surprendre. La première des surprises arrivant, d’ailleurs, dès le moment où vous ouvrez la portière: étonnant de trouver le désormais traditionnel i-cockpit Peugeot – un petit volant et une planche de bord design et ergonomique tournée vers le conducteur – à bord d’un engin doté d’un gabarit d’utilitaire.

Et encore: Chez Mercedes, on accorde le passé pour conjuguer le futur

Encore plus étonnant, une fois les différents réglages effectués, de vous retrouver assis en position «racing», jambes tendues et volant près du corps, alors que vous culminez à 80 cm du sol. Et totalement surprenant, enfin, de découvrir ce que cet engin haut sur roues et sur pneus est capable d’encaisser quand on le bouscule en le forçant à avaler un virage serré à haute vitesse. D’accord, Rifter concède logiquement à son architecture un tangage un peu «bateau», mais il peut aussi réaliser de vraies prouesses en cas de nécessité.

Accès facile

Bref, voilà un véhicule polyvalent tout ce qu’il y a de rassurant et de confortable à l’usage et qui, en plus, se paie le luxe de proposer une modularité exceptionnelle. Disponible en version courte ou longue, il peut en effet embarquer deux, cinq ou sept personnes en toute tranquillité. Tandis qu’en repliant tout ou partie de ses sièges il peut emporter de simples bagages, des vélos, tout son matériel de ski ou, même, un ensemble canapé/fauteuils sans le moindre souci, voire offrir d’ailleurs la possibilité de dormir sur place si besoin.

Monter à bord? Une sinécure: ses deux larges portes coulissantes à l’arrière le rendent aussi accessible qu’un moulin. Et les designers ont été jusqu’à penser à doter ces deux portes coulissantes de vitres électriques, au cas où les passagers préféreraient l’odeur des foins coupés au confort de la climatisation. Tout comme ils ont pensé à équiper l’arrière d’une vitre relevable, juste au cas où vous auriez besoin d’accéder au contenu du coffre et que la place ne soit pas suffisante pour ouvrir entièrement le hayon: pratique, malin et fonctionnel.

«4x4 d’appoint»

Et si, malgré son look de baroudeur de jungle urbaine, Rifter n’est de loin pas un spécialiste du tout-terrain, l’option grip control – une sorte de «4x4 d’appoint» – lui permet quand même de se tirer de bien des pièges que pourrait lui tendre la route. Et puis, comme toute voiture moderne, Rifter peut être équipé de toute la panoplie des assistants électroniques de sécurité du paquet ADAS (Advanced Driver Assistance Systems), comprenant les assistants de contrôle de voie, les détecteurs d’angle mort, l’assistant de parcage, le régulateur de vitesse adaptatif ou la reconnaissance des panneaux routiers, entre autres.

Pouvoir voyager à plusieurs, en toute sécurité, pour réduire les coûts et se sentir aussi à l’aise qu’à la maison: et si c’était ça, finalement, la nouvelle définition de la mobilité moderne?

Publicité