Et si la vie n’était qu’un chantier permanent? Une maison qu’on ne termine jamais, habitée avec les outils qu’on possède, ou pas, pour avancer. On se trouve un terrain, on construira ce qu’on peut ou veut dessus, à notre rythme. On imagine des plans, on rêve les finitions. On commence à construire, les murs, le toit, les pièces. On fixe, on consolide, ça se casse, on répare, on rénove. Parfois on détruit ou on nous détruit. On retombe alors sur le sol. Il faudrait recommencer, reconstruire, avec cette question en tête: avoir ou non, saisir ou non, une deuxième chance?

Lire aussi: Duel fratricide dans les plaines du Montana