L’émotion est palpable sur la scène du Métropole de Lausanne. Que ce soit le président de la fondation, Alexandre Curchod, le nouveau directeur exécutif, Antony Ernst, ou le chef et violoniste Renaud Capuçon, tous s’avouent frustrés de la distanciation imposée. Mais tous aussi s’avouent vibrants du proche retour des concerts après la période si difficile du covid. A l’automne, si rien ne s’y oppose, le public pourra rejoindre des salles potentiellement pleines et retrouver son cher Orchestre de chambre de Lausanne (OCL).

En attendant, l’équipe se félicite de la résilience de l’ensemble, comme du travail de son chef, Joshua Weilerstein, parti pour l’Orchestre Phoenix de Boston. Pour sa dernière saison, ils ont mis à profit la situation sanitaire pour enregistrer quatre disques, proposer sept concerts en streaming avec de grands artistes, réaliser un projet Beethoven marquant et maintenir des ateliers très suivis.