Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Renaud Capuçon est chez lui dans la «Symphonie espagnole» de Lalo.
© Simon Fowler/Erato

Classique

Renaud Capuçon au top

Le violoniste a empoigné la «Symphonie espagnole» de Lalo avec une énergie du diable lors d’un concert de l’OSR particulièrement émouvant

Extraordinaire, la soirée hors abonnement de l’OSR l’aura été à plus d’un titre. Mercredi soir, l’hommage rendu par haut-parleurs à Jesus Lopez Cobos, tout récemment décédé, a ravivé son souvenir avant les premières notes. Et le témoignage d’affection réservé au hautboïste solo Jérôme Capeille, disparu il y a moins d’un mois à l’âge de 56 ans après une lutte courageuse et discrète contre le crabe, a ému le Victoria Hall de façon tangible.

Après trente-quatre ans au service de l’orchestre, le départ du musicien à la voix douce et à l’accent chantant laisse un gros vide. Lorsque Renaud Capuçon lui dédie sa Mélodie de Gluck en bis, le silence se fait de cristal. Les regards se dérobent dans la salle et les visages se baissent sur scène.

Une dimension herculéenne

Musicalement, l’exception est aussi au rendez-vous dans deux des trois œuvres au programme. On ne s’attarde pas sur le Beau Danube bleu de Johann Strauss. Sir Mark Elder ne manque pas d’atouts pour rendre une forme d’élégance et de bon ton dans le déroulé des mélodies, menées avec rondeur et chaleur.

Mais dès la sortie de la rêverie initiale, la célèbre valse ne quitte plus des tonalités épaissies et une certaine lourdeur de jeu. La légèreté et l’esprit si viennois, l’autorité impériale des accents et l’ivresse contenue des élans n’ont pas leur place ici.

C’est Also sprach Zarathustra de l’autre Strauss, le grand Richard, qui emporte l’adhésion. A part certains décalages ou passages aux entrelacs relâchés, il faut saluer la construction majestueuse, la puissance et la diversité de palette des teintes.

Le chef pousse l’orchestre au maximum de son potentiel sonore quitte à déchirer l’oreille. Mais cette façon de plonger dans le feu, de soulever une lave compacte et d’ouvrir les chants à la lumière rend à la partition toute sa dimension herculéenne et épique.

Un interprète à l'écoute des autres

Reste la Symphonie espagnole de Lalo, que certains peuvent juger anecdotique. Renaud Capuçon prouve tout le contraire. L’archet enfoncé dans la chair du texte, le jeu tendu vers la hauteur des chants et la technique à la limite du possible, le violoniste libère une énergie du diable et s’engage physiquement, sans aucune réserve.

Lui qu’on a pu connaître dans un contrôle parfois rigide se révèle, dans cette œuvre solaire, d’une liberté et d’une vitalité de jeu étourdissantes. On le sent chez lui dans cette pièce qui lui sort des doigts avec un naturel saisissant. Quitte à déstabiliser l’orchestre dans des traits très personnalisés, Renaud Capuçon n’en demeure pas moins un interprète à l’écoute des autres. Qui sait s’intégrer au groupe quand et où la musique le demande. Un musicien décomplexé, au top de son art.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps