Rencontre

A la rencontre de Roland Gori, pourfendeur d’Emmanuel Macron

«Le Temps» vous propose de rencontrer le mercredi 31 octobre le psychanalyste Roland Gori, auteur du tout récent «La nudité du pouvoir», qui analyse les structures du pouvoir macronien en donnant des pistes qui intéressent aussi la Suisse

Presque dix-huit mois après sa conquête éclair de l’Elysée, les analystes tentent encore de comprendre comment Emmanuel Macron a pu si facilement mener son assaut à la hussarde, et ce que son succès dit de la France et des Français. Les politologues dissertent sur l’histoire, l’état des partis et de la démocratie; Roland Gori est psychanalyste, et s’il analyse précisément la langue macronienne, sa façon de systématiquement sortir du cadre chaque fois qu’il le peut, ce sont les structures du pouvoir qui l’intéressent.

Lire aussi: Voir le monde comme un stock de marchandises

La «nudité du pouvoir» est une allusion au conte d’Andersen qui ouvre le livre – le roi nu qui n’est démasqué que par un enfant tandis que les courtisans comme le roi lui-même restent prisonniers du simulacre social, tant il est vrai que le pouvoir découle des attentes intimes qu’on place en vous, et que «la croyance et l’illusion sont au cœur de la machine sociale».

Le pouvoir moderne disséqué

Pour Roland Gori, Emmanuel Macron est un président mystique, autoréférencé, à son compte, qui se saisit avec talent des opportunités autour de lui pour que tout change sans que rien ne change: quel tour de passe-passe que l’élection de ce président néolibéral par une vague de «dégagisme» opposée à ce néolibéralisme! s’étonne le professeur de psychopathologie… Le portrait est impitoyable. Règne de l’évaluation, du management technocratique des hommes, imposture du «en même temps», le réquisitoire du psychanalyste dépasse le cas français quand il théorise le recul du politique face à l’économie et à la technocratie ou la confiance folle dans le numérique.

Comment le pouvoir glisse aux mains des «experts», comment la fraternité cède devant le mythe de la performance et comment la post-démocratie pourrait bien l'emporter après le désistement de nos courages: Roland Gori dissèque le pouvoir moderne. «Le désir de démocratie suppose un certain courage, courage fraternel de pouvoir dire ensemble que l'Empereur est nu». 


Inscription sur www.letemps.ch/evenements


Roland Gori, «La nudité du pouvoir. Comprendre le moment Macron», Les Liens qui Libèrent, 208 p.

Publicité