Il y a douze ans, René de Ceccatty publiait sous le titre de Nuit en pays étranger un roman inspiré de la vie tumultueuse de Sibilla Aleramo, femme de lettres italienne qui a côtoyé quelques-uns des plus grands intellectuels transalpins du XXe siècle. Aujourd'hui, une édition revue et corrigée de ce beau livre voit le jour, et c'est la mention «biographie» qui accompagne le nouveau titre Sibilla Aleramo. Comment l'auteur justifie-t-il ce changement de statut? Naguère inconnue des Français, cette féministe de la première heure jouit depuis quelque temps d'un intérêt certain grâce à la multiplication des traductions (lire le SC du 16.08.2003). «Lit-on avec enthousiasme un nouvel auteur parce que l'on se reconnaît en lui?» se demande René de Ceccatty, qui nous offre un portrait sensible et empathique de la belle Sibilla, femme passionnée aux multiples amours. Dans son émouvante postface, l'écrivain français révèle qu'il a lui-même vécu certaines des expériences de son personnage, mais seulement après les avoir décrites dans le livre. Des affinités électives qui, doublées d'une documentation de première main, font de cette «biographie romancée» un ouvrage remarquable.