Bien sûr, il y a sa carrure d’Hercule. Et ses yeux bleus bridés d’homme des steppes. Mais René Pape, basse royale, se situe bien au-delà de ces apparences imposantes. Il représente un art du chant sensible et puissant, que les années ne fanent pas. Cinquante-six ans, c’est jeune. Dans une carrière de chanteur, c’est déjà l’automne. Avec l’Allemand, l’été rayonne toujours dans le timbre, et la santé vocale reste printanière.

Lire aussi: Un prix pour le Grand Théâtre de Genève