Sur la presqu’île de Iurföll, quelque part très au nord, les femmes sont au cœur de la cité, elles gouvernent et endossent les métiers que les hommes, qui partent de longs mois pêcher en mer, ne peuvent assurer. Albaan grandit, heureuse, dans cette belle société matriarcale; mais elle a des prémonitions, craint que des malheurs n’arrivent. Et elle n’a pas tort.

Lire aussi:  Une mère de A à Z selon Ronald Curchod

Un jour, une femme au visage abîmé débarque à Ann-Ville et tout change: remplie de haine, habile manipulatrice, cette Sori Morï cherche à monter la ville contre Albaan et sa famille. Pour quelle obscure raison? Cécile Roumiguière emmène le lecteur dans un monde où le fantastique guette, où la nature et les légendes bercent les enfances, nourrissent les imaginaires, se font repères et frontières, où le sentiment d’appartenance soude et sépare.

L’amitié, l’amour, la découverte de l’autre, mais aussi les secrets de famille, les blessures enfouies, et tout le fonctionnement d’une société: l’auteure, avec sa langue élégante, ensorcelante, parsème son récit de mille cailloux bruissants et mystérieux qui aident le lecteur à se perdre, puis à se retrouver.

Chaos en ville

Ecrit sous forme de journal de bord – et illustré de nombreux croquis, dialogues et autres griffonnages scrupuleusement légendés – Manuel de survie en cas d’apocalypse débute avec la soudaineté d’un scénario catastrophe. Justin raconte (merci Erik L’Homme) et dessine (merci Eloïse Scherrer): c’est la nuit, il est dans une forêt et il essaie de rejoindre ses parents et sa sœur, partis rendre visite à l’oncle Bob dans ses chères montagnes.

Une terrible tempête vient de semer la désolation sur la région et c’est le chaos le plus total en ville: plus d’électricité, plus d’eau, et des pillards qui menacent la population. Alors Justin jette dans un sac du matériel de survie (par chance, et cela sera vérifié tout au long du livre, il a été à bonne école avec l’ombrageux oncle Bob) et il part à travers bois.

Lire également:  Des rues, un cirque, tout un monde

Ces aventures, où le noir et la sanguine barbouillent joyeusement les pages pour ajouter encore au bazar ambiant, montrent un monde dans lequel tout bascule du jour au lendemain, et un garçon inventif qui se prend en main.

Une dizaine de «Fiches de survie» complètent l’ouvrage et achèvent d’ingénieuse façon ce récit optimiste qui parlera aux jeunes en mal d’aventures et d’escapades.


Cécile Roumiguière

«Filles de la Walïlü»

L’école des loisirs/Médium+. Dès 13 ans.


Erik L’Homme

Illustr. d’Eloïse Scherrer

«MASCA. Manuel de survie en cas d’apocalypse»

Gallimard Jeunesse. Dès 11 ans.