Philippe Burrin. Ressentiment et apocalypse. Essai sur l'antisémitisme nazi. Seuil, 112 p.

Pourquoi est-ce en Allemagne que le préjugé antijuif a pris une telle ampleur criminelle et est devenu la norme de la société? D'autres hypothèses que l'extermination avaient été envisagées; pourquoi est-ce celle-ci qui fut retenue et mise en acte? Philippe Burrin, professeur d'histoire à l'Institut de hautes études internationales de Genève, analyse dans cette étude d'une grande probité les effets du ressentiment, défini comme «sentiment d'injustice, de bon droit bafoué, accompagné d'un constat d'impuissance, de sorte qu'est incessamment ruminé ce qui a été ruminé».