Marché de l’art

Les restitutions d’œuvres d’art africain inquiètent le marché de l’art

La volonté du président français, Emmanuel Macron, de rendre à l’Afrique subsaharienne une partie de son patrimoine artistique désarçonne le monde des musées et inquiète les acteurs du marché de l’art

«Macron a ouvert la boîte de Pandore», confiait Sindika Dokolo, visiblement satisfait, à un journaliste du New York Times en novembre dernier. «Mettez le pied dans la porte avant que celle-ci ne se referme», suggérait alors, à l’intention des leaders africains, cet homme d’affaires de la République démocratique du Congo, à la tête d’une des plus importantes collections d’art africain contemporain et d’une fondation culturelle en Angola.

Satisfaction en Afrique, grincements de dents en Europe occidentale. Le discours prononcé par le président français à Ouagadougou (Burkina Faso) le 28 novembre 2017 est en effet très diversement apprécié d’un continent à l’autre. «Le patrimoine africain ne peut pas résider uniquement dans des collections privées et des musées européens. Il doit être mis en valeur à Paris mais aussi à Dakar, à Lagos, à Cotonou. Je voudrais que d’ici à cinq ans, les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique», martelait alors Emmanuel Macron, avant de commander, quelques mois plus tard, une étude sur le sujet.

Lire aussi:  Un rapport français choc veut rendre leurs œuvres spoliées aux Africains

Le rapport Savoy-Sarr – du nom de ses auteurs, l’historienne Bénédicte Savoy et l’économiste et écrivain sénégalais Felwine Saar – rendu public en novembre dernier préconise de restituer aux pays africains tout objet qui aurait été emporté sans le consentement explicite des propriétaires ou gardiens des œuvres. Sont concernés les butins et pillages de guerre, mais aussi les collectes des ethnologues et les pièces passées entre les mains de soldats, fonctionnaires ou missionnaires. Emmanuel Macron s’est aussitôt engagé à restituer au Bénin 26 œuvres pillées par les troupes coloniales françaises en 1892 et aujourd’hui conservées au Musée du Quai Branly.

Visibilité et urgence

L’onde de choc n’a pas tardé à gagner une partie de l’Europe occidentale tant dans le monde des musées que dans celui du marché de l’art. «Macron a raison de s’indigner du fait que 80% du patrimoine africain se trouve en Europe. Il faut absolument assurer un accès plus facile et plus large des musées africains à ces collections», surenchérit Guido Gryseels, directeur, à Bruxelles, du Musée royal d’Afrique centrale, rebaptisé récemment Africa Museum.

A Londres, Hartwig Fischer, le directeur du British Museum, se montre plus circonspect. «Cette restitution de 26 objets du Bénin ne va pas modifier la politique du musée, ni la législation britannique», soufflait-il, fin 2018, au New York Times. Il n’empêche, dès le mois de novembre 2018, l’auguste institution britannique s’est vu réclamer, par le gouverneur de l’île de Pâques, la restitution d’un massif Moai en basalte qu’il conserve depuis 150 ans.

Lire aussi:  Faut-il rendre les œuvres d’art aux pays d’origine?

En Allemagne, Hartmut Dorgerloh, le directeur du Humboldt Forum, un musée consacré aux cultures extra-européennes qui va ouvrir ses portes fin 2019 à Berlin, reconnaît que le discours et les premières mesures prises par Emmanuel Macron ont rendu les questions touchant au patrimoine africain «plus visibles et plus urgentes». A Genève, Boris Wastiau, le directeur du MEG, se montre, lui, surpris que la restitution de 26 pièces au Bénin puisse susciter tant d’émoi avant d’ajouter: «Nous sommes proactifs. Notre musée, inscrit dans un processus décolonial, va de plus en plus loin dans la mise en évidence des conditions de dépendance et de domination qui ont amené à la création de ces collections.»

Présomption de culpabilité

Le marché de l’art, qui n’était pas directement visé ni concerné par le rapport Savoy-Sarr, a réagi de manière contrastée: certains de ses acteurs l’ont fait de manière fracassante, alors que d’autres se réfugiaient dans le mutisme.

A Paris, capitale mondiale du marché de l’art tribal, Alexandre Giquello, le président de Drouot, a été l’un des premiers à monter au créneau. «Ces questions ont terrorisé et paralysé nos clients. En novembre dernier, tous les collectionneurs ne parlaient que de cela. La grande majorité des africanistes, qui ont collecté les pièces à la fin du XIXe et au début du XXe, aimait l’Afrique et sa culture. Et ce rapport fait peser sur eux une présomption de culpabilité», dénonce le commissaire-priseur.

Lire aussi: Faudra-t-il un jour vider les musées suisses?

En décembre dernier, explique-t-il, certains de ses clients, sollicités pour l’achat d’une pièce importante, lui auraient signifié que ce n’était pas le moment d’investir des sommes conséquentes dans des œuvres d’art tribal africain. «On ne sait pas comment cela va évoluer», glisse-t-il avant d’avouer que le marché de l’art ne manifeste, pour l’instant, aucun signe de ralentissement.

Des souvenirs qui hantent encore les esprits

Sur les bords de Seine, plusieurs grands marchands qui ont pignon sur rue n’ont pas souhaité répondre aux questions du Temps. Les signaux sont pourtant au beau fixe. Les ventes aux enchères d’arts premiers ont progressé, en France en 2018, pour atteindre, selon les chiffres du Conseil des ventes, un produit total de 42 millions d’euros (hors frais), contre 34 millions en 2016.

Les amateurs, qui ont rassemblé ces pièces, par amour de l’art et dans un esprit interculturel, sont aujourd’hui montrés du doigt et considérés comme des pilleurs

Jo De Buck

Les acteurs en vue ont-ils encore en tête quelques épisodes retentissants comme la revendication par le Nigeria en 2000 de statues Nok mises en vente par un antiquaire parisien? Marchands et commissaires-priseurs semblent redouter que les demandes de restitutions qui visent les musées ne se propagent ensuite au marché de l’art. «Les Etats du Sud ne vont pas faire la différence. Dès qu’un objet passera en vente, ils le réclameront», poursuit Alexandre Giquello qui garde le souvenir cuisant de dizaines de pièces mexicaines saisies en 2008 à l’hôtel Drouot.

Légitimité accrue

Même préoccupation à Bruxelles, autre grande place du marché de l’art tribal. «Ces débats et ces prises de position récentes créent un climat d’incertitude», note le marchand Bernard de Grunne. «Les collectionneurs sont inquiets. Ils n’ont pas envie d’acquérir des biens qui pourraient leur être réclamés un jour», observe le galeriste Serge Schoffel. «Les amateurs, qui ont rassemblé ces pièces, par amour de l’art et dans un esprit interculturel, sont aujourd’hui montrés du doigt et considérés comme des pilleurs», renchérit Jo De Buck, un autre marchand installé dans le quartier des Sablons, le saint des saints du marché des arts premiers bruxellois.

Lire aussi:  Genève expose des chefs-d’œuvre antiques soustraits au trafic illicite

Qu’en pensent les juristes? Pour Marc-André Renold, professeur à l’Université de Genève (chaire Unesco en droit international de la protection des biens culturels) et directeur du Centre du droit de l’art, les principes phares du droit positif (non-rétroactivité des lois, délais de prescription et acquisition de bonne foi) devraient permettre d’éviter que les musées occidentaux ne soient vidés. «Les pays africains pourraient néanmoins se sentir plus légitimes à réclamer, sur le marché de l’art, des biens culturels si l’Europe amorce un processus de restitution des biens coloniaux», glisse-t-il.

Publicité