Lorsqu’il a un coup de blues ou une insomnie, il s’en va là-bas, en gare de Vallorbe, recouvrer un peu de quiétude. La distance est courte: il habite à côté, rue des Grottes au 26, depuis 1979. «Je suis né au numéro 25 en 1977. Je n’ai eu que la rue à traverser», sourit-il. En dix minutes, Eric Chevalley rejoint la voie ferrée, poursuit sa marche sur le ballast en direction des deux vastes entrepôts appartenant aux CFF. Un tour de clé dans le premier hangar, la porte s’ouvre et la magie aussitôt opère. La belle endormie est là, rutilante, rustique, puissante. Une beauté totale: la 141.R.568, locomotive à vapeur de 1945. Emane à la fois une odeur de graisse et de feu. «Elle m’apaise», confie Eric. C’est un peu de l’enfance qui revient, le petit train et ses wagons mis sur rails qui se faufilaient dans la salle à manger, entre les pieds de la table. Eric Chevalley est allé au bout de son rêve: comme par magie, le modèle réduit s’est mué en colosse de fer de 190 tonnes et 25 mètres de long.