Le faune espionné

«Les figurants répètent dans les arènes et les badauds se massent autour des palissades, l'œil collé aux interstices qui laissent apercevoir ici un tambourin, là les jambes d'une danseuse ou les cabrioles d'un faune. […] On a dû renoncer à faire défiler les moutons, car si un seul d'entre eux s'avisait de se coucher, tout le troupeau ferait de même et devrait être transporté à bras jusque dans ses pénates.»

Colette Muret, in Gazette de Lausanne et Journal de Genève, 21 juillet

Cher Charles

«Alors qu'on avait déjà abandonné les utopies Fellini et Béjart pour faire appel à Maréchal, j'évoquais prudemment le nom de Charles Apothéloz… et quelqu'un d'important m'avait ri au nez. Cette fête est donc la consécration de cet homme de théâtre qui a su, en relativement peu de temps, réaliser une superbe fresque. […] Jean Balissat a fait souffler un vent nouveau sur la place veveysanne, selon une conception éminemment moderne qui ne s'égare ni dans les arcanes de l'avant-garde ni dans un populisme local à l'eau de rose.»

Pierre Hugli, in Gazette de Lausanne et Journal de Genève, 1er août

Chers petits

«Ravissante, l'entrée endiablée de bambins minuscules, porteurs de petits parapluies multicolores, délicieuse, la ronde des bicyclettes, trottinettes, patins à roulettes et même surfs, montés par des enfants plein d'ardeur. […] Jusqu'au «clou» que constitue toujours l'arrivée des armaillis avec leurs troupeaux. Là, c'est un sommet, les gorges se nouent, les poitrines se gonflent, on se sent Suisse à en pleurer en écoutant le Ranz des vaches admirablement chanté par le petit berger à la voix d'or.»

Colette Muret, in Gazette de Lausanne et Journal de Genève, 1er août

Indécence

«Un petit dépliant de quatre feuillets sur papier rustique. […] Ce texte, signé par le Comité d'action pour une protection efficace des locataires de la région de Vevey, en appelle à tous, […] rassemblés par la Fête des Vignerons, pour qu'ils se retrouvent au coude-à-coude afin de voter l'initiative socialiste sur le logement lors de la votation fédérale du 25 septembre. […] Inadmissible est le fait d'utiliser le thème de la Fête des Vignerons pour une telle propagande en cherchant à créer dans l'esprit des gens une analogie, une identification entre le coude- à-coude des spectateurs et le coude-à-coude des partisans d'un choix politique déterminé sur un sujet particulier. Ceux qui ont eu cette idée publicitaire ont manqué de tact et de décence: plus grave, ils ont entaché la pureté patriotique d'une fête si belle.»

Jacques-Simon Eggly, in Journal de Genève, 4 août

Le bétail

«Le tableau qui soulève le plus d'enthousiasme? Quarante têtes de bétail, dans l'arène, et un armailli qui, d'une splendide voix naturelle, chante le Ranz de vaches. On peut s'étonner du fait, mais c'est ainsi. L'expliquer? Peut-être est-ce de toute la fête le moment le plus simple, le plus spontané. Et sans doute celui qui correspond le plus fondamentalement à ce qui reste de notre folklore.»

Jean-Claude Poulin, in Journal de Genève et Gazette de Lausanne, 6 août

Des samouraïs

«Quelque cent vingt Japonais habillés en samouraïs et en costumes nationaux défileront dans l'arène quelques instants avant le début du spectacle. Yamanashi, située à 120 km à l'ouest de Tokyo, est une région viticole qui produit 70% des vins japonais. C'est donc par affinité que les vignerons japonais ont tenu à participer à la fête de leurs confrères vaudois.»

Roger d'Ivernois, in Journal de Genève et Gazette de Lausanne, 6-7 août

Cher Charlot

«Le Manoir de Ban à Corsier s'est transformé, hier, en annexe des arènes de la Fête des Vignerons. La famille Chaplin avait en effet convié la plupart des figurants de la troupe de l'Automne. […] Annie Chaplin est l'avant-dernière fille de Charlot. […] Annie apprécie beaucoup l'ambiance veveysanne, tant lors du spectacle que lors de ses prolongements en ville. La fille Chaplin nous a avoué n'avoir pas été «chaude» au début, quant à sa participation, car elle désirait partir en vacances… […] L'état de santé de Charlie Chaplin ne lui a pas permis d'assister au spectacle de la Fête. Il y a dix jours, néanmoins, il a regardé le cortège depuis sa voiture.»

Agence AIR, in Gazette de Lausanne, 10 août

Bain de jouvence

«Dans une Suisse critiquée, perturbée, soupçonnée, du dedans comme du dehors, dans une population inquiète d'elle-même et souvent déchirée par des conflits de générations; dans un monde en complète mutation, quel bain de jouvence que cette fête toute emplie d'espérance et de foi célébrée par des hommes, des femmes et des enfants de tout âge, communiant dans la même allégresse.»

François Peyrot, in Journal de Genève, 15 août

Signe de croix

«Un vigneron qui m'apparaît parmi les plus honnêtes et les plus remarquables producteurs-encaveurs de notre pays – il n'est pas vaudois – me disait, au sortir de la fête, combien il avait trouvé beau… mais, à écouter cette musique, si belle soit-elle, il avait envie de faire le signe de croix, tellement il la trouvait solennelle! Ce qui rend bien compte de l'atmosphère spéciale du spectacle, des propensions du poète Henri Debluë à glorifier le Seigneur: toutes choses qui peuvent surprendre, dans une fête traditionnellement gaie et, sinon païenne, du moins laïque, profane.»

Pierre Hugli, in Gazette de Lausanne, 19 août