Sur fond de grève et de paillettes s'est tenue dimanche dernier à Los Angeles la 73e édition des Oscars (LT du 27 mars). La fête la plus attendue du cinéma mondial a notamment couronné «Traffic» et «Gladiator». Les deux films, signés Steven Soderbergh et Ridley Scott, ont raflé plusieurs trophées, devenant, l'espace d'une soirée, les vedettes de Hollywood.

Le Devoir

Montréal, 26 mars 2001

Sans coup d'éclat

«Ces 73es Oscars furent aussi mornes que brefs. La soirée aurait pu être l'occasion pour une industrie d'acteurs et de scénaristes, au bord de la grève générale […], de revendiquer pour leur cause, mais les grincements furent balayés sous le tapis, comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. A croire qu'il y eut un mot d'ordre lancé afin de faire silence. Entre le coup de chapeau honorifique au grand producteur Dino de Laurentiis et le prix Irving G. Thalberg décerné au scénariste Ernest Lehman, tout s'est déroulé rondement mais sans coup d'éclat. […] C'est le trio Gladiator, Traffic, Tigre et Dragon qui aura vraiment dominé les 73es Oscars. Les grands perdants de la fête furent Le Chocolat de Lasse Hallström et Billy Elliot de Stephen Daldry.» (Odile Tremblay)

Tribune de Genève

Genève, 27 mars 2001

Les robes de ces dames

«En eux-mêmes, les Oscars m'intéressent peu. Si je reste fidèle au poste, c'est à cause des robes de ces dames […]. Que vont-elles mettre? Que sont-elles arrivées à se faire prêter? […] «Sharon Stone ne rend jamais rien», se plaignait l'an dernier un homme de l'art. […] La plus recherchée, c'est Jennifer Lopez. «Y a-t-il encore une robe après Jennifer?» s'était exclamée en 2000 la critique, après avoir vu les quelques lambeaux de tissu plaqués par Versace sur le fondement de la dame. Cette année la belle […] a visiblement changé sa garde-robe du même coup. […] Pour les autres, «mention très bien» à l'«oscarisée» Maria Gay Harden qui voulait «se sentir comme une star». […] Au rayon des horreurs, citons Sigourney Weaver, ficelée comme un rôti de veau, Agnès Jaoui dans une vieille robe de chambre, et Björk déguisée en cygne.» (Barbara Babil)

Los Angeles Times

Los Angeles, 26 mars 2001

Un cinéma international

«Preuve parmi d'autres, le triomphe de Gladiator montre à quel point l'industrie du cinéma est devenue internationale. Avec les quatre Oscars emportés par Tigre et Dragon, le prix Irving Thalberg décerné au producteur italien Dino de Laurentiis, l'Oscar du meilleur acteur attribué à l'Australien Russell Crowe et l'Oscar spécial remis à l'Anglais Jack Cardiff […], il devient clair que c'est le talent qui traverse l'Atlantique et non seulement les résultats du box-office.»

(Kenneth Turan)

Largeur.com

En ligne, 26 mars 2001

Combat solitaire et lutte collective

«Cette saison, l'homme porte une jupette mais il est tellement costaud qu'il parvient (tout seul) à terrasser un […] empire. La femme de l'année s'habille en denim usé mais fait preuve d'une telle détermination qu'elle réussit (toute seule) à […] déstabiliser une grande compagnie […]. Les combats solitaires font recette. C'est pourtant à une série de luttes collectives que se préparent les petits soldats du cinéma. Depuis quelques mois, les professionnels affrontent les studios et les chaînes de télévision sur la question des droits liés aux nouvelles techniques de diffusion (DVD, Internet, satellite). Ils réclament leur part de ce nouveau gâteau en rappelant qu'avant la technologie et le marketing, c'est toujours l'élément humain qui fait le bon spectacle». (Marco Kalmann)

Le Soir

Bruxelles, 27 mars 2001

Grosse machine et métissage

«La distribution des Oscars prouve pleinement que l'industrie cinématographique américaine se divise en quatre segments: «la grosse machine» divertissante et peaufinée avec un beau talent artisanal (Gladiator) […]; les films dits «indépendants» dans lesquels les réalisateurs peuvent […] expérimenter des styles plus nouveaux (Traffic […] et Erin Brockovich); […] l'émergence de personnalités latinos qui métissent, enfin, les réalisations d'Hollywood (Benicio Del Toro, meilleur second rôle pour Traffic; et Marcia Gay Harden, meilleure deuxième actrice pour Pollock). Et, enfin, […] la reconnaissance du septième art asiatique avec l'Oscar du meilleur film étranger à Tigre et Dragon […] – l'oubli de In the Mood for Love de Wong Kar-Wai […] est impardonnable». (Luc Honorez)