La Polygraphe N° 24-26

Automne 2002

Ed. Comp'Act

Cette triple livraison est consacrée à «Voix, et autres voies», avec un important dossier de poésie et de petites proses de dix-neuf auteurs. Ainsi Corinne Lovera Vitali, qui a publié chez Gallimard Nitti, un premier roman plein de promesses, et qui donne ici 39 fragments, un par année la séparant de son père; des textes du poète espagnol José Bergamín inédits en français et un ensemble de Luciano Erba, «Sur la terre du milieu», traduit par le regretté Bernard Simeone.

La Voix du regard Nº15

Automne 2002

11, rue Henri Martin

F – 94200 Ivry-sur-Seine

Cette «revue littéraire sur les arts de l'image» consacre un impressionnant dossier à «L'obscène, acte ou image?» Une question qu'illustrent les écrits de Georges Bataille, le Nabokov de Lolita, les images cinématographiques de Pasolini, les photographies de Nan Goldin. Où sont les frontières de l'inacceptable? «C'est la fabrique de l'œuvre qui fait l'obscénité», affirme l'éditorial, c'est-à-dire la façon de poser le regard. Le psychanalyste Serge Tisseron ne dit pas autre chose dans un long entretien intitulé: «L'obscène est une machine de guerre contre la métaphore».