Jean-Baptiste Poquelin, alias Molière, fête ses 400 ans ce 15 janvier 2022. Le Temps se joint aux célébrations, et brosse le portrait de l’artiste en courtisan doué et entrepreneur de théâtre…

Peut-on rire de tout avec Molière? Jusqu’à il y a peu, la question aurait paru oiseuse. Jean-Baptiste Poquelin n’était-il pas le champion du micmac scénaristique, de la parodie langagière? Si, sauf que les temps ont changé, qu’il n’est pas sûr que tous les ressortissants turcs savourent les turqueries du Bourgeois gentilhomme et qu’un certain public contemporain rie aux éclats devant les gauloiseries du Mariage forcé. La bienséance imposait ses règles au XVIIe siècle, elle en imprime d’autres au XXIe siècle, #MeToo est passé par là. Rien ne dit non plus que certaines saillies qui déridaient le public de la salle du Palais-Royal soient compréhensibles aujourd’hui.

Bref, rire avec l’auteur des Fourberies de Scapin ne va pas de soi en vérité. A l’occasion de ce 400e anniversaire, les professeurs Lise Michel, Marc Escola, Danielle Chaperon de l’Université de Lausanne, leurs collègues fribourgeois Claude Bourqui et genevois Eric Eigenmann ont conçu une série d’événements détonants qui examineront la force de frappe de cet humour et sa conformité avec l’esprit du temps.

Agitateur de psyché

Un exemple? La scène fameuse du Tartuffe où Elmire, l’épouse du maître de maison, subit les assauts de ce coquin de Tartuffe. «A priori, cette séquence de harcèlement ne fait pas rire, explique Danielle Chaperon. Sauf que Molière installe le mari, Orgon, sous la table des opérations. Et cette présence change tout.» Le metteur en scène Matthias Urban fera spectacle de ce morceau croquant dans Vous toussez fort, Madame, à La Grange de Dorigny à Lausanne, du 20 au 29 janvier.

Dans ce feu d’artifice sont aussi prévues des vidéos en ligne avec des humoristes romands qui mettront en pièces l’héritage de l’ancêtre, ainsi que la présence régulière, sur les ondes d’Espace 2, dès ce samedi 15 janvier, d’un metteur en scène de Molière dans l’émission A vous de jouer. En mars, Claude Bourqui et Marc Escola publieront une anthologie de textes dans la collection Osez (re)lire (Flammarion/J’ai lu). «Notre ambition est de toucher tous les publics en multipliant les supports», s’enthousiasme Danielle Chaperon. Molière pourrait bien rappeler, en agitateur de psyché, que si le rire est le propre de l’homme, il n’est pas universel.


Rire avec Molière.