fiction tv

«Les rivières pourpres», le sang de la vigne

Avant France 2, la RTS montre la série conçue par l’écrivain Jean-Christophe Grangé sur la base de son roman d’il y a vingt ans. Une expérience intéressante

Les rivières pourpres représente une expérience intéressante. L’écrivain Jean-Christophe Grangé reprend ses personnages principaux du roman du même titre, paru en 1998, adapté au cinéma par Mathieu Kassovitz en 2000. Il écrit une nouvelle fiction, pour la TV, produite par l’EuropaCorp de Luc Besson pour France 2, qui la diffusera bientôt – la RTS la montre ces jours, aussi en rattrapage.

Une interview de Jean-Christophe Grangé par France 24.

Et revoilà Niemans

Revoici donc le commissaire Pierre Niemans, campé par Olivier Marchal après Jean Reno au cinéma. Dans la première histoire, sur trois en deux chapitres chacune, le policier est dépêché en Alsace pour enquêter sur un accident douteux dans une église. Sur le chantier de sa rénovation, l’un des responsables d’une communauté qui occupe la chapelle est écrasé par une paroi effondrée. Ce groupe, qualifié de «secte» par certains, représente une clique resserrée dans un village d’amish au pays du gewurztraminer.

Passé le drame de l’église, les pontes du groupe ont d’ailleurs surtout à cœur que la récolte soit menée à terme dans les délais. Parmi les saisonniers venus travailler durant cette période intense, Camille Delaunay (Erika Sainte), infiltrée pour les besoins de l’enquête, et qui va payer de sa personne. Dans la deuxième investigation, les deux se confrontent à des chasseurs à courre d'outre-frontière.

Sur le dernier roman de l'écrivain:  Jean-Christophe Grangé sonde l’âme des milieux interlopes

Frayeurs à l'heure des vendanges

Comme toujours, Olivier Marchal ne fait rien pour rendre son personnage intéressant, d’autant que Niemans apparaît comme un être aussi bougon que fade. Le personnage de Camille se révèle plus intéressant, déjà durant la première enquête, dans sa manière de se lier avec les membres de la communauté, même s’ils ne sont pas dupes longtemps. Et parce que l’actrice Erika Sainte, elle, possède un souffle.

Suspense à l’heure des vendanges: la chaîne commanditaire a le sens du calendrier. Jean-Christophe Grangé, lui, essaie un genre de franchise littéraire et audiovisuelle, reprenant la marque de base tout en proposant une variation. Pour un polar sombre et mis en relief par son exotisme viticole et forestier, c’est plutôt réussi.

La grande histoire des séries TV: retrouvez notre parcours en sept décennies.

Publicité