Les affres d'un soldat américain amoureux d'une hôtesse de bar vietnamienne dans la débâcle d'avril 1975. Bâti comme un scénario, selon les codes les plus efficaces d'Hollywood, avec morceau de bravoure historique à grand spectacle (l'évacuation, jour après nuit, par hélicoptère, du toit de l'ambassade, des derniers Américains restés à Saigon et des collabos aux abois), scènes d'alcôves à l'érotisme précis, flash back et épopée intime du retour au pays natal, ce roman incruste des images que brasseront après lui Oliver Stone (Platoon) ou Roland Joffé (La Déchirure). Butler a le sens de l'atmosphère, du plan qui campe un décor, du détail qui happe.