Naviguant aux frontières du rock instrumental et de l'électronique bruitiste, le quintette de Salt Lake City convie l'auditeur à un voyage éprouvant au cœur de la matière sonore. En référence au célèbre Music for Airports de Brian Eno, Ether compose sur ce troisième album une ambient torturée et retorse, privilégiant les sonorités graves et criardes de guitares saturées, d'orgues anémiques et de chuchotements incompréhensibles, les aiguilles dans le rouge.