Rock. The Zincs. Dimmer (Trill Jockey/RecRec)

Encore un groupe en «The»? Pas du type jetable, celui-ci. Quatuor aggloméré autour du chant grave et distingué de l'ex-Sophia James Elkington, la formation anglo-américaine pratique une pop indolente évoquant les structures retorses de Pavement et la préciosité de Divine Comedy. Rien de bien révolutionnaire au demeurant dans ce deuxième album aux sonorités chambrées. Mais on préférera toujours à la verdeur d'emprunt des jeunots tapageurs ce classicisme intemporel aussi nuancé qu'insolemment

altier.