La romancière et poétesse québécoise Marie-Claire Blais, qui avait reçu le prix Médicis en 1966 pour Une saison dans la vie d'Emmanuel, est décédée mardi à 82 ans, a annoncé l'agence Goodwin sur Facebook. Elle était une des figures emblématiques de la littérature québécoise contemporaine.

«C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Marie-Claire Blais aujourd'hui, le 30 novembre, à Key West, où elle avait élu domicile depuis de nombreuses années», a indiqué l'agence, qui la représentait.

«Mes condoléances à tous les proches de cette grande auteure. 'Une saison dans la vie d'Emmanuel', un des premiers romans que j'ai lu», a réagi sur Twitter le premier ministre du Québec François Legault, peu après l'annonce.

Lauréate de nombreux prix littéraires

Avec une carrière longue de plus de soixante ans, elle «a non seulement profondément marqué les littératures québécoise et canadienne, mais elle s'est aussi hissée au premier rang des écrivains francophones de sa génération», ont souligné les éditions du Boréal, la maison québécoise qui a publié l'ensemble de son oeuvre.

A lire: Marie-Claire Blais saisit la vie de ses personnages dans les rets de ses phrases

La Canadienne a notamment écrit des romans, des essais, des pièces de théâtre ainsi que des recueils de poésie, portant «une attention toute particulière aux êtres marginaux, déclassés, rejetés», selon cette même source.

Elle a été lauréate de nombreux prix littéraires, dont le prix de la langue française pour son premier roman, La Belle Bête, qu'elle a publié à l'âge de 20 ans. En 1983, cette femme de lettres a reçu le prix de l'Académie française pour Visions d'Anna et obtenu, en 2002, le prix de la fondation littéraire Prince Pierre de Monaco pour l'ensemble de son oeuvre.